BFR élevé : comment anticiper et mieux gérer sa trésorerie ?

Un fort besoin en fonds de roulement (BFR) est rarement une bonne nouvelle pour une entreprise. Mais pour certains types de société qui doivent avancer des frais avant d’être réglés par leurs clients, il est inévitable. L’enjeu alors pour le dirigeant et le responsable financier est alors d’avoir la meilleure visibilité sur les flux de trésorerie pour pouvoir les optimiser et limiter les trous de trésorerie. Comment gérer un BFR élevé ? Quelles entreprises sont concernées ? Quelles solutions pour mieux anticiper ses flux de trésorerie ? Les réponses dans cet article.

Besoin en Fonds de Roulement (BFR) : rappel et définition

Pour les comptables, le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) correspond aux actifs d'exploitation - hors immobilisations et actifs financiers - auxquels on soustrait le montant des dettes d'exploitation (hors dettes financières). Le BFR correspond donc aux fonds mobilisés indéfiniment.

Par exemple, une entreprise dont le BFR équivaut à 20 % de son CA requiert un besoin permanent de trésorerie représentant 20 % de son activité uniquement pour assurer la pérennité de son cycle d'exploitation.

Blog - BFR - cycle d'exploitation

Pour la fonction finance, le BFR correspond au décalage dans le temps de la transformation du résultat en trésorerie disponible. Ainsi, plus le niveau de BFR est faible (ou bien plus sa rotation est forte), plus le dégagement de liquidités est important dès lors que les marges sont positives.

Comment gérer un fort Besoin en Fonds de Roulement (BFR) ?

Analyse du BFR

Blog - BFR - positif ou négatif

Après avoir fait votre calcul de BFR, selon l’équilibre entre votre actif circulant et votre passif circulant, on distingue 3 cas différents :

  • BFR négatif : cela signifie que votre entreprise n’a aucun besoin financier à court terme et que vous dégagez des ressources pour alimenter votre trésorerie nette.
  • BFR nul : cela signifie que les ressources d’exploitation permettent de couvrir les emplois en intégralité. L’entreprise n’a aucun besoin à financer, et aucun excédent non plus.
  • BFR positif : cela implique que votre entreprise doit financer ses besoins en trésorerie à court terme.

Financement du BFR positif

Si le fonds de roulement n’est pas suffisant pour compenser le besoin en fonds de roulement (BFR), les entreprises vont devoir aller chercher d’autres moyens de financement.

En règle générale, le BFR est compensé par des moyens de financement à court terme : la majorité des entreprises le font par le découvert bancaire ou par les apports en comptes courants. Mais ces solutions sont coûteuses et peu pérennes.

Les entreprises ont aussi régulièrement recours aux préfinancements sur le poste clients avec la cession Dailly ou l'affacturage. Les préfinancements de stocks ou le reverse factoring restent peu utilisés.

A lire aussi : Financement de trésorerie : lequel choisir et quand y recourir ?

La meilleure solution reste d’optimiser ses flux de trésorerie pour avoir une réserve suffisante afin de pallier les trous de trésorerie.

Optimisation du BFR

Pour diminuer le besoin en fonds de roulement (BFR), les entreprises peuvent jouer sur 3 facteurs :

  • le délai de paiement des fournisseurs : pour essayer de faire coïncider les rentrées et les sorties d’argent, l’objectif est de retarder au maximum le paiement des dettes fournisseurs afin d’avoir déjà encaissé tout ou partie de la facture client.
  • le délai de règlement des clients : dans la même optique, l’objectif ici est de raccourcir le plus possible les délais de paiement des factures clients.
  • la rotation des stocks : le cas échéant, écouler les stocks le plus rapidement possible évite leur immobilisation. Attention toutefois à la rupture.

Voici quelques mesures d'optimisation du BFR bien connues des financiers mais qui sont peu souvent appliquées dans les PME :

  • définition d'une politique d’escompte en fonction de la segmentation clients ;
  • actions de pré-relance pour les gros clients et/ou clients réguliers ;
  • adaptation des supports de règlement à la typologie des clients ;
  • mise en place de limites de crédit ;
  • limitation des campagnes de paiement fournisseurs ;
  • limitation du taux de factures fournisseurs sans commande ;
  • pilotage des stocks par le taux de service ;
  • identification des stocks morts (par exemple, rotation nulle sur 12 mois).

Si la réduction du BFR est un travail constant et un objectif qui doit toujours rester en ligne de mire, dans certains cas il ne suffit pas à l’annuler. Certaines entreprises ont structurellement un fort besoin en fonds de roulement (BFR) et doivent donc trouver des solutions pour gérer au mieux leur trésorerie.

Les types d’entreprises au BFR structurellement élevé

Certains secteurs d’activité ou typologies d’entreprises sont particulièrement concernés par les enjeux du besoin en fonds de roulement (BFR), car leur stade de développement ou la nature de leur activité implique de dépenser avant de facturer les clients.

BFR & entreprises en forte croissance

Pour les jeunes entreprises en forte croissance, les investissements dépassent souvent les recettes à l’instant T. L’activité qui démarre n’est pas encore suffisante pour générer la trésorerie nécessaire aux besoins de fonctionnement (embauches, locaux…) et à la recherche et développement.

Un exemple avec la marque Cabaïa créée en 2015, qui fait 100 % de croissance chaque année et qui a de forts besoins en fonds de roulement :

BFR & entreprises industrielles

Pour les entreprises industrielles, l’enjeu du BFR est triple :

  • le cycle d’exploitation est long, avec des temps de production qui peuvent se compter en mois voire en années avant de pouvoir facturer le client ;
  • le stock peut être lourd et volumineux, avec des achats de matières premières conséquents ;
  • les délais de paiement des clients sont particulièrement longs, allant jusqu’à 90 jours après facturation.

Comme les entreprises industrielles doivent financer les achats en matières premières, les charges variables de l’outil de production et la main d’œuvre avant de pouvoir facturer le client, le BFR est particulièrement élevé dans le secteur industriel, sans que cela soit le signe d’une mauvaise santé financière.

Un exemple avec l’entreprise de construction métallique ICM ITA, où les délais de paiement des charges de l’entreprise sont plus courts que les délais d’encaissement :

BFR & entreprises de service

Pour les entreprises qui proposent des services ou des prestations B2B ou B2C (conseil, professions juridiques…), elles doivent travailler un certain nombre de jours et supporter leurs frais avant de pouvoir adresser leurs factures d’honoraires à leurs clients. De plus, les délais de paiement peuvent être longs : 30 ou 60 jours par exemple.

Découvrez le témoignage vidéo de la dirigeante de Megapix’Ailes, une agence de conseil et production vidéo :

BFR & entreprises de commerce

Pour les entreprises de distribution et de négoce, le BFR est fortement impacté par la gestion des stocks.

Un exemple avec Merci Handy, marque de cosmétiques aux enjeux de gestion de stock :

BFR & entreprises immobilières

Pour les entreprises du secteur immobilier qui gèrent la promotion ou la vente de biens, l’encaissement peut prendre des mois voire des années.

Découvrez le témoignage vidéo du gérant de deux agences immobilières Century 21 :

Pour les promoteurs immobiliers, les premières rentrées d’argent ont lieu plusieurs années après les investissements initiaux : il est donc indispensable de pouvoir assurer le maintien de sa trésorerie pour pouvoir financer les projets.

Vous êtes intéressé par les enjeux de trésorerie des entreprises de promotion immobilière ? Découvrez notre livre blanc dédié !

2

L’enjeu de la visibilité des flux de trésorerie

Quand le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) est structurellement élevé et que les efforts d’optimisation ne suffisent pas à l’annuler, avoir une visibilité sur les flux de trésorerie passés, en cours et à venir peut aider à l’optimiser et à trouver les meilleures méthodes de financement.

En effet, bâtir son plan prévisionnel de trésorerie permet d’anticiper les encaissements et décaissements à venir, et donc de pouvoir identifier les trous de trésorerie éventuels ; l’entreprise peut alors chercher dès aujourd’hui une solution au lieu de se retrouver le couteau sous la gorge. Et en mettant en place un suivi de trésorerie régulier grâce à un tableau de flux de trésorerie, il est possible de vérifier la correspondance entre le budget prévisionnel et le réel et de faire les ajustements nécessaires.

Mais la visualisation des flux de trésorerie passés, en cours ou futurs est souvent complexe : la multitude des comptes bancaires et des flux et l’incertitude sur les encaissements et décaissements à venir dans un mois, 3 mois ou 6 mois peuvent donner des sueurs froides aux dirigeants et responsables financiers des PME.

Par ailleurs, les entreprises qui mettent en place un suivi de trésorerie sur Excel se retrouvent rapidement confrontées aux limites de l’outil :

  • Le manque de visibilité en temps réel ;
  • Les erreurs potentielles dans les formules ou la saisie ;
  • Le temps passé à le mettre à jour ;
  • Le manque de souplesse et d’automatisation ;
  • Le manque de visualisation des données.

Comme le dit Sébastien Pellevrault, Dirigeant de l’entreprise industrielle Rincent ND Technologies : "Je finissais par passer plus de temps dans ma journée devant Excel qu’à exercer mon métier, qui est de gérer une entreprise.

Voir le témoignage complet

Pour obtenir une visibilité optimale sur sa trésorerie et pouvoir anticiper son BFR, la bonne solution est d’opter pour un logiciel de trésorerie.

Gérer son BFR avec Agicap

Agicap est un logiciel de gestion de trésorerie adapté à toutes les PME. Avec Agicap, vous aurez accès à un suivi de trésorerie en temps réel et automatisé : la solution s’intègre avec vos banques, outils comptables, outils de facturation et met automatiquement votre trésorerie à jour.

Agicap vous permet aussi d’anticiper votre trésorerie à 1, 3, 6, 12 mois ou plus pour prendre les bonnes décisions et sécuriser vos besoins de financement. Vous pouvez également simuler facilement l’impact de scénarios de crise sur votre trésorerie : baisse du chiffre d’affaires, chômage partiel, décalage des remboursements d’emprunts...

Agicap nous a apporté de la visibilité : on est redevenus beaucoup plus sereins sur l’avenir.

Barnabé Chauvin, dirigeant de l’agence digitale Cognimap Découvrir son témoignage complet

Les avantages d’Agicap pour mieux gérer son BFR et sa trésorerie :

  • Simplicité : Agicap est extrêmement facile à prendre en main, et ne demande pas d’expertise poussée en comptabilité.
  • Automatisation : en étant connecté à vos banques et logiciels internes, Agicap met à jour en temps réel toutes vos données financières.
  • Visualisation : en un coup d’œil, vous voyez sur Agicap l’évolution de votre trésorerie et vous pouvez personnaliser les vues souhaitées.
  • Prévision : vous pouvez faire votre budget prévisionnel directement dans Agicap et avoir une vue de votre trésorerie sur plusieurs mois ou années en fonction de vos besoins. Vous pouvez aussi multiplier les scénarios pour visualiser l’impact de certains événements (embauche, investissements, crise…) sur votre trésorerie.

Agicap est l’outil idéal pour surveiller de près le BFR de votre entreprise. Faites le test !

c5e25225 a2ab 4753 8d35 de19c509a2e3

Vous aimerez aussi