Qu’est-ce que la rentabilité financière d'une entreprise ?

Temps de lecture: 11 min
rentabilité financière

La rentabilité financière est une notion centrale en matière de gestion et finance des entreprises. Pour les dirigeants, c’est un indicateur fondamental qui permet de se positionner dans son secteur d’activité et d’améliorer ses finances. Pour les banques et d’éventuels investisseurs, c’est un critère essentiel pour estimer l’opportunité d’investir dans une entreprise ou dans un projet. Au lancement comme en phase de croissance, la rentabilité d’une entreprise est de fait constamment mesurée et passée au crible par les décideurs. Mais quels sont les indicateurs utiles pour évaluer la rentabilité financière d’une structure ou d’un projet ? Comment sont-ils calculés ? Et comment les analyser pour rendre une entreprise plus profitable, ou apprécier son potentiel financier ?

C’est quoi la rentabilité financière ?

Définition de la rentabilité financière

La rentabilité financière est un indicateur de performance important pour une entreprise. On désigne ainsi la capacité d’une organisation à engendrer des profits à partir de ses capitaux, que ces derniers aient été apportés par les dirigeants et leurs associés (capitaux propres), ou investis dans l’entreprise par des actionnaires. En anglais, on parle de Return On Equity (ROE), qui peut être traduit littéralement par « retour sur capitaux propres ».

À lire aussi : comprendre les différentes formes d'equity

Étudier la rentabilité financière d’une entreprise peut donc être utile :

  • aux décideurs : pour comparer les performances de l’organisation au sein de son secteur d’activité, et trouver des pistes d’amélioration pour booster sa compétitivité ;
  • aux investisseurs : les analystes financiers la prennent en compte pour évaluer l’opportunité d’investir dans une structure, ou dans un projet.

Connaissez-vous tous les tenants et aboutissants de la gestion de trésorerie ? Besoin d’une remise à niveau en gestion de trésorerie ? Découvrez Cash Academy, une formation 100 % gratuite ! CTA blog  1

Les données à recueillir pour le calcul de la rentabilité financière

La rentabilité financière établit le rapport entre :

  • le résultat réalisé par une entreprise, soit la différence entre ses produits et ses charges ;
  • et ses capitaux propres, c’est-à-dire le capital social de l’entreprise augmenté des primes, réserves, report à nouveau, subventions d’investissement et provisions réglementées.

Pour la calculer, vous avez besoin de rassembler quelques données comptables à chercher :

  • dans le compte de résultat qui présente le résultat comptable de l’entreprise ;
  • dans le bilan de la société où les capitaux figurent dans la partie consacrée au passif de l’entreprise.

Comment calculer la rentabilité financière d’une entreprise ?

La rentabilité financière d’une entreprise est calculée selon la formule suivante :

Rentabilité financière = Résultat net de l’exercice/Capitaux propres

Le résultat obtenu est nommé taux (ou ratio) de rentabilité.

Attention à ne pas confondre le taux de rentabilité avec le seuil de rentabilité d’une entreprise. Le taux de rentabilité est un pourcentage alors que le seuil de rentabilité est un montant. Nous reviendrons plus loin sur cet autre indicateur de performance utilisé en gestion des entreprises pour mesurer leur profitabilité.

Quelles différences entre rentabilité économique et rentabilité financière ?

De manière générale, analyser la rentabilité d’une entreprise permet d’évaluer ses performances économiques et financières. La rentabilité désigne ici le rapport entre les résultats obtenus et les moyens mis en œuvre au sein de l’organisation pour les atteindre.

Mais les objectifs de rentabilité visés par un investisseur ne sont pas strictement les mêmes que ceux des dirigeants. C’est pourquoi on établit une distinction entre la rentabilité économique d’une structure (Return on Capital Employed ou ROCE en anglais) et sa rentabilité financière (Return on Equity ou ROE).

La rentabilité économique correspond alors au ratio entre le résultat d’exploitation et l’ensemble des ressources de l’entreprise, incluant ses capitaux propres, mais aussi sa dette financière.

Rentabilité économique = Résultat d’exploitation/Capitaux investis

Dans le calcul du résultat sont exclus tous les produits et charges financiers, ainsi que les événements exceptionnels et l'impôt sur les bénéfices. Ce qui permet de mesurer la capacité de l’entreprise à générer du résultat, sans tenir compte de la provenance des capitaux.

Schématiquement, on peut dire que la rentabilité financière intéresse plus particulièrement les associés et investisseurs, tandis que la rentabilité économique est davantage l’affaire des dirigeants de l’entreprise. Même si les deux indicateurs sont étroitement liés.

Plus la rentabilité financière d’une entreprise est élevée, plus il sera facile pour elle d’obtenir des fonds sur les marchés pour financer son développement. Toutefois, la bonne capacité de l'entreprise à rétribuer ses investisseurs ne présume pas de sa rentabilité future. L’organisation doit donc toujours veiller à assurer sa rentabilité économique pour pérenniser ses activités.

Les indicateurs de rentabilité financière d’une entreprise

La marge commerciale

Fondamental pour la gestion d’une entreprise, cet indicateur mesure la capacité de l’organisation à générer des bénéfices grâce à la vente de ses produits et services. La marge commerciale correspond à la différence entre les prix de vente pratiqués par l’entreprise et les coûts de revient des produits et services vendus.

Plus la marge est importante, plus il sera facile pour l’organisation de couvrir ses charges et devenir rentable. La marge commerciale d’une entreprise a donc une incidence importante sur le seuil de rentabilité de la structure.

Le seuil de rentabilité

Différent du taux de rentabilité, le seuil de rentabilité est le chiffre d’affaires (CA) hors taxes (HT) à réaliser par l’entreprise pour couvrir ses charges et parvenir à équilibrer ses finances. Il est calculé sur une période donnée selon la formule suivante :

Seuil de rentabilité = Coûts fixes/((CA prévisionnel - Charges variables)/CA prévisionnel)

L’entreprise commence à faire des bénéfices et devient rentable lorsque son seuil de rentabilité est dépassé. A contrario, une entreprise qui ne réussit pas à atteindre son seuil de rentabilité enregistre des pertes.

Selon la maturité et les objectifs de l’entreprise, le seuil de rentabilité peut être utilisé de différentes manières :

  • en phase de création, il détermine le niveau d’activité minimum à obtenir pour devenir rentable ;
  • dans une entreprise existante, son calcul sert à définir les objectifs de l’année à venir.

Cet indicateur de rentabilité est directement lié au point mort dont il est question dans la partie suivante.

Le point mort

Nommé payback ou break even en anglais, le point mort désigne le moment où l’entreprise atteint son seuil de rentabilité. Il s’agit d’une durée qui s’exprime en nombre de jours (ou de mois), contrairement au seuil de rentabilité qui se présente sous la forme d’un montant.

Pour calculer le point mort, il faut partir du seuil de rentabilité de l’entreprise. La formule à appliquer est la suivante :

Point mort = (Seuil de rentabilité/Chiffre d’Affaires) * 365

Pour un chef d’entreprise, le point mort est un indicateur précieux. Il permet d’évaluer la période à partir de laquelle l’entreprise doit devenir rentable, et de définir sa stratégie à moyen et long terme. C’est pourquoi le point mort doit figurer dans le business plan de tout créateur d’entreprise, avec le seuil de rentabilité.

Le point mort est important également pour les investisseurs qui souhaitent s’engager financièrement dans une entreprise, et pour les banques qui s’en servent pour évaluer le temps nécessaire à l’amortissement d’un crédit.

Le retour sur investissement (ROI)

Acronyme de l’anglais Return on Investment, le ROI permet d’évaluer la réussite d’un investissement, qu’il soit réalisé par l’entreprise elle-même ou un investisseur. Il s’agit du pourcentage de revenus générés au regard des montants investis.

Le retour sur investissement se calcule selon la formule suivante :

ROI = (Bénéfices générés par l'investissement/montant de l'investissement) * 100.

Le ROI est utilisé par les dirigeants pour orienter leurs choix en matière d’investissements, et identifier les opérations les plus avantageuses selon les résultats obtenus. Les investisseurs s’en servent également pour comparer différents projets d’investissement en entreprise afin déterminer quels seront les placements financiers les plus rentables.

L’effet de levier lié à l’endettement

Pour augmenter sa capacité d’investissement, une entreprise peut recourir à un emprunt. Si cet endettement constitue une charge pour l’entreprise, il peut dans le même temps lui permettre d’accroître sa rentabilité : c’est ce qu’on appelle l’effet de levier de l’endettement.

L’effet levier dépend des taux d’intérêt accordés en échange du financement et du taux de rentabilité issu de l’investissement. De fait, il s’avère bénéfique pour l’entreprise lorsque les intérêts de l’emprunt sont inférieurs au taux de rentabilité obtenu grâce à l’investissement.

Dans ces conditions, il est plus intéressant pour l’entreprise de recourir à l’endettement que de puiser uniquement dans ses capitaux propres pour investir. Pour mesurer l’effet levier, on applique la formule suivante :

Effet de levier = Rentabilité financière - Rentabilité économique

= (résultat net/capitaux propres) – (résultat d'exploitation/(capitaux propres + dettes))

Comment améliorer la rentabilité financière d’une entreprise ?

La rentabilité d’une entreprise peut être accrue par divers moyens touchant à ses dépenses et recettes, mais aussi à son efficacité opérationnelle. Toute l’organisation doit alors être revue sous l’angle de la rentabilité, à commencer par la relation avec ses tiers (clients, fournisseurs…) et ses process.

En diminuant ses charges

Les dépenses de l’entreprise peuvent être analysées sous l’angle de la rentabilité, et, dans certains cas, revues à la baisse pour gagner en marge commerciale sur les produits et services vendus.

Ainsi, il peut être opportun pour la structure :

  • de négocier avec ses fournisseurs habituels pour obtenir des tarifs préférentiels, ou se tourner vers des centrales d’achats - voire de nouveaux fournisseurs - pour faire jouer la concurrence ;
  • de fidéliser sa clientèle pour limiter ses charges de publicité. Et ça se résume parfois à un simple geste comme un sourire !
  • d’étudier ses factures pour détecter d’éventuels gaspillages et trouver des pistes de réduction des frais : une attention particulière portée aux factures permet parfois de repérer des coûts importants ou récurrents qu’il sera possible de supprimer.

En générant plus de recettes

Différentes stratégies peuvent être adoptées dans une entreprise pour accroître son chiffre d’affaires :

  • augmenter les prix : il faut alors tenir compte de la concurrence et procéder par étapes pour ne pas risquer de perdre vos clients habituels et vos prospects. Des prix plus élevés que ceux de vos concurrents peuvent tout à fait se justifier si les produits ou les prestations que vous vendez sont de meilleure qualité. À condition d’expliquer la différence de tarifs et de faire comprendre aux consommateurs en quoi vos offres restent intéressantes ;
  • orienter l’activité de l’entreprise vers des produits et services à plus forte marge : le chiffre d’affaires ne fait pas tout ! Votre entreprise doit aussi tenir compte de la marge bénéficiaire associée à ses différentes offres pour augmenter sa rentabilité. Ainsi, un produit phare doit être privilégié s’il génère une marge importante, même à faible coût. A contrario, un service chronophage à faible rentabilité pourra être abandonné, ou tout au moins revalorisé ;
  • élargir sa clientèle pour accroître ses ventes : en déployant son activité sur un périmètre géographique plus large, ou en s’appuyant sur un réseau de prescripteurs, par exemple. Attention à bien tenir compte des caractéristiques du marché et des charges supplémentaires qu’implique une telle extension de clientèle.

En augmentant sa performance

La rentabilité d’une entreprise n’est pas qu’une question de charges ou de stratégie commerciale. Elle se joue aussi au niveau de l’organisation en elle-même. Ainsi, il ne faut pas hésiter à remettre en question ses méthodes et process pour gagner en rentabilité dans la structure.

Il peut s’agir ici :

  • de repenser sa gestion des ressources humaines pour s’orienter vers un management plus participatif et un cadre de travail plus convivial et attractif propice à un meilleur engagement des équipes ;
  • d’optimiser sa gestion des stocks : le stockage de marchandises occasionne des frais et des immobilisations de trésorerie importants pour une entreprise. Il est donc préférable de choisir des produits à forte rotation et de commander au bon moment pour améliorer la rentabilité de l’entreprise ;
  • d’automatiser ou de sous-traiter certains processus pour gagner en performance dans le traitement de votre gestion administrative, ou dans votre prospection commerciale, par exemple.

Taux de rentabilité, marge commerciale, seuil de rentabilité financière et point mort, ROI… De nombreux indicateurs permettent d’évaluer la rentabilité financière d’une entreprise pour permettre aux dirigeants de gagner en performance dans leur gestion, tout comme aux investisseurs de choisir où placer leurs capitaux. La solution Agicap peut de son côté vous permettre d’optimiser la gestion de votre trésorerie et anticiper vos variations de BFR afin de limiter vos Agios.

Vous voulez en savoir plus sur les différentes fonctionnalités d’Agicap ? Contactez nos spécialistes pour une démonstration :

FR - CTA blog


S'inscrire à notre newsletter

Vous aimerez aussi