Qu’est-ce que la MCNE (Mobilisation de créances nées sur l’étranger) ?

Il est parfois compliqué de gérer et d’optimiser les flux de trésorerie pour une entreprise exportatrice. Délais de paiement qui s’allongent, gestion fastidieuse et complexe… Pourtant, les besoins en liquidités peuvent se faire urgents. Grâce à la mobilisation des créances nées sur l'étranger (MCNE), la trésorerie d’une entreprise est préservée. Comment et pourquoi mettre en place une procédure de MCNE ? A qui s’adresse-t-elle ? Découvrez les avantages et les limites de cette technique de financement.

Au sommaire de cet article :

MCNE : définition

La Mobilisation de créances nées sur l'étranger (MCNE) correspond à un financement à court terme de créances d’une banque à une entreprise exportatrice. Elle s’effectue dans le cadre d'une ligne de crédit octroyée par la banque. Également appelée « Dailly étranger » ou « financement des créances à l'étranger », la MCNE permet à une société de mobiliser des créances export et de disposer immédiatement d’une trésorerie en devise en attendant l'encaissement effectif du produit des ventes réalisées. On parle alors de « reconstitution de trésorerie avant paiement de créance ».

De cette manière, une entreprise exportatrice de biens ou de services peut mobiliser auprès de sa banque jusqu'à 100% des créances qu'elle détient sur ses clients étrangers. Le prêteur professionnel porte ainsi le risque de la créance.

À noter : la MCNE ne concerne ni la Principauté de Monaco ni les DOM-TOM.

Connaissez-vous tous les tenants et aboutissants de la gestion de trésorerie ? Besoin d’une remise à niveau en gestion de trésorerie ? Découvrez Cash Academy, une formation 100 % gratuite !

CTA blog  1

Les besoins de financement inhérents à l’export et les financements possibles

Si vous êtes à la recherche de financements de trésorerie à court terme, plusieurs possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez profiter de procédures d’avances sur créance, à l’instar de l’ADE, de l’affacturage ou de la MCNE.

Les avances en devises à l’export (ADE)

Pratique financière complémentaire à la MCNE, l’ADE correspond à une avance de trésorerie faite par la banque sur un montant d’exportation. Ces avances dédiées à l’export constituent en pratique un financement à court terme sous forme de prêts en devises. De cette manière, l’ADE limite le risque de variation du taux de change entre devises étrangères. L’avance en devises export est donc un moyen de couverture du risque de change et une source de financement de l’exportation. Grâce à ce dispositif, l’exportateur peut bénéficier de fonds, en euros par exemple, correspondant à la valeur d’une créance sur un client basé à l’étranger.

À noter : l’octroi de prêts en devises est encadré par la banque. En effet, c’est bien l’établissement financier qui prend un risque financier si l’acheteur n’a pas réglé le fournisseur bénéficiaire d’une ADE à échéance.

L’affacturage

L’affacturage correspond à une technique de financement et de recouvrement de créances permettant d’obtenir un financement anticipé dont une entreprise peut sous-traiter la gestion à un établissement de crédit spécialisé. Également appelé « définancement après échéance », ce système permet de définancer les factures après échéances (dans un délai de 45 à 90 jours). Il est parfois même possible d’allonger ce délai au-delà de 90 jours selon le factor. L’affacturage repose sur le même principe que l’ADE : c’est l’établissement financier (le factor donc) qui assume le risque de crédit.

L’affacturage est de plus en plus utilisé par les exportateurs de produits ou de services disposant de nombreux clients. Face au volume de factures conséquent inhérent à ce type d’activité, envisager une externalisation de la gestion des factures ou d’un préfinancement est donc tout à fait adapté. Cependant, cette gestion d’affacturage peut engendrer des frais importants et s’inscrit dans un cadre déclaratif parfois contraignant imposé par le factor.

Si vous hésitez entre la méthode du financement par MCNE ou par affacturage, gardez en tête que l’affacturage est déplafonné et généralement plus souple que la procédure de MCNE.

La MCNE

Financement à court terme sous forme d’escompte, la MCNE fonctionne à travers le recours d’une créance export. Le principe est donc de céder les créances que vous détenez sur vos clients étrangers. En contrepartie, la banque cessionnaire vous accorde une avance du montant des créances cédées selon ses critères (jusqu’à 100%). Vous avez l’obligation de rembourser cette avance à la réception du règlement des factures par les clients étrangers.

Une telle opération n’est pas sans risques pour l’établissement de crédit. De ce fait, votre banquier évalue la solidité financière de votre entreprise et celle de vos clients étrangers. L’objectif : réduire le risque de défaut de paiement.

À noter : après validation d’une MCNE, la banque prélève des frais, coûts et intérêts en contrepartie du risque pris. Plus l’évaluation du risque pris est importante, plus ces frais augmentent.

À qui s’adresse la MCNE ?

La mobilisation des créances nées sur l’étranger est accessible à n’importe quelle entreprise exportatrice de biens ou services désireuse de réaliser des opérations à l’export. Elle offre de meilleures garanties de sécurité de paiements différés de clients étrangers. Elle peut être réalisée par escompte de billet ou par la cession Dailly.

Prenons un exemple. L’entreprise ABC basée en France exporte des produits pharmaceutiques en Amérique du Sud. Dans le but d’accélérer sa croissance, elle est à la recherche d’un financement à court terme de 30 millions d’euros. Malheureusement, elle ne possède pas un tel montant dans sa trésorerie et ne souhaite pas faire d’emprunt classique. Grâce à ses créances de clients équivalentes à 55 millions d’euros, la direction financière enclenche une procédure de MCNE auprès d’un établissement de crédit ou d’un pool bancaire. Convaincu par le projet et la solidité financière de la société ABC, le banquier débloque une ligne de crédit à court terme permettant à l’entreprise de financer son projet de développement.

Les avantages de la MCNE

La méthode de la MCNE dispose de plusieurs avantages, autant sur l’aspect financier que commercial.

L’escompte de créance

Le premier avantage repose sur le fait que l'exportateur finance ses factures en escomptant sa créance pendant toute la période de crédit accordée au client. Il peut ainsi reconstituer sa trésorerie sans attendre le règlement de ses acheteurs étrangers. Vous reconstituez votre trésorerie sans attendre le règlement de vos acheteurs étrangers. L’avance de trésorerie se rembourse avec le règlement de l’acheteur étranger.

La suppression du risque de change

La nature même de l’activité d’une entreprise exportatrice implique des transactions en devises étrangères. Dans un schéma classique, la société s’exposerait aux variations des cours de change. Grâce à la MCNE, ce risque disparaît puisqu’il est possible de bénéficier d’une avance de facture libellée en euros.

Découvrez notre fiche pratique complète sur la gestion du risque de change :

Linkedin Ads  6

Des négociations commerciales facilitées

Les délais de paiement peuvent parfois s’allonger lorsque cela implique des transactions de/vers l’étranger. La MCNE permet de régler vos factures sans remettre en cause le délai de paiement à vos clients. Vous avez donc plus de marge de manœuvre en matière de délai de paiement et vous vous assurez ainsi de fiabiliser vos relations avec vos interlocuteurs. De plus et contrairement à l’affacturage, aucune mention de procédure de MCNE n’est indiquée à vos clients.

La stabilité de votre trésorerie

La rapidité de la procédure de la MCNE vous permet de maintenir la stabilité de votre trésorerie. Ainsi, les risques financiers sont très limités grâce à l’encadrement de la procédure qui limite la fréquence et l’importance des flux entrants et sortants réguliers.

À lire aussi : Gestion de trésorerie en entreprise : comment faire

Comment fonctionne la MCNE ?

Après avoir dûment rempli et transmis un bordereau de cession des créances (voir ci-dessous), la banque peut valider la MCNE. Dès réception de son paiement, l'entreprise doit rembourser la créance à la banque. A l'échéance, une entreprise doit s’acquitter entièrement de sa facture.

Reprenons l’exemple de la société ABC.

  1. La société ABC exporte ses marchandises pharmaceutiques.
  2. Elle s’adresse à sa banque pour faire connaître ses besoins de trésorerie.
  3. La banque valide et délivre le montant de l’avance d’une partie ou de toutes les factures à encaisser.
  4. La société ABC rembourse l’avance de trésorerie avec le règlement de l’acheteur d’Amérique du Sud à l’échéance.

Important : votre banque peut définancer la créance en cas de retard de paiement ou d'impayé. Si vous n’êtes pas en mesure de rembourser la créance dans le délai imparti, vous pouvez demander à votre banque un délai supplémentaire. Celle-ci vous demandera des garanties pour couvrir les risques, telles que bénéficier d’une délégation d'assurance-crédit à son profit.

A l’appui de la créance ou d’un bordereau représentatif des créances, la banque peut soit accorder :

  • Un découvert garanti : si la banque autorise un découvert garanti par la cession de créances, le découvert est alors remboursé par les règlements reçus de l’entreprise étrangère.
  • Un escompte du bordereau : la banque peut procéder par l’escompte du bordereau de créances et débiter un sous-compte d’avance pour créditer le compte courant de l’entreprise.
  • Un escompte billet entreprise : la banque peut enfin escompter un billet émis par l’entreprise. Ce billet doit reprendre les caractéristiques de la cession de créances.

Découvrez le comparatif des financements de trésorerie à court terme : Linkedin Ads  9

Les documents nécessaires pour la MCNE

La procédure de la MCNE n’est pas très contraignante, pour peu que vous disposiez de l’ensemble des documents nécessaires. Pour cela, il vous faudra remplir un bordereau de cession de créances qui reprend le détail des créances cédées. Les pièces justificatives demandées sont les suivantes :

  • nom du client export
  • adresse du client
  • copie et montant des factures
  • bons de commande
  • documents douaniers
  • nature de la prestation
  • présence ou pas d'un contrat d'assurance-crédit
  • date de règlement

La Banque étudie et valide le besoin de la ligne de crédit nécessaire. Elle précise les modalités et fixe un plafond de l'encours. Le dénouement d’un crédit sous forme de MCNE est assuré par le règlement de l’acheteur.

À noter : Le crédit est habituellement consenti en euro. En revanche, si la créance est libellée en devises, elle fait normalement l’objet d’une conversion en euro au taux de change du jour de la mobilisation de créance née sur l’étranger.

À lire aussi : Qu’est-ce que le netting et comment le mettre en place ?

Les limites de la MCNE

Bien que la MCNE représente une procédure adaptée pour bon nombre d’entreprises, elle comprend certaines limites. Premièrement, cette technique est surtout réservée aux sociétés jouissant d’une bonne cotation. Il est ainsi plus facile de bénéficier de la MCNE pour une entreprise basée dans un pays de l’OCDE qu’une entreprise implantée en Afrique ou en Asie.

Autre inconvénient : la limite du montant de financement. Pour des besoins de financement importants, l’affacturage apparaît comme une alternative viable puisqu’il s’agit d’une opération déplafonnée. Le délai de définancement peut également être plus avantageux (jusqu’à 90 jours).

Comment gérer sa trésorerie multi-devises ?

Gérer la trésorerie d'une entreprise qui travaille à l'international avec plusieurs devises peut s'avérer particulièrement difficile. Comment connaître l'état de sa trésorerie quand les flux ne sont pas tous dans la même devise ? Cela rajoute une couche de complexité à une tâche qui n'est déjà pas aisée : le suivi et les prévisions de trésorerie.

Agicap est le logiciel qui vous permet de piloter votre entreprise par la trésorerie, grâce à des prévisions fiables et un suivi en temps réel. Nous synchronisons vos comptes bancaires et outils métiers pour que vous puissiez vous concentrer sur l'analyse et la prise de décisions. Nous facilitons votre pilotage en centralisant toutes vos structures, passant de la vision Groupe au détail par entité en un seul clic.

Pour les entreprises qui fonctionnent au quotidien avec plusieurs devises, Agicap permet d'intégrer les comptes en banque qui sont basés dans des devises étrangères ; l'information est automatiquement convertie en euros, ou dans la devise de votre choix, et consolidée avec le reste de la trésorerie.

Découvrez le témoignage de Lucas Gros, Directeur Général de Traction Productions Eyewear, grossiste en monture optique qui travaille au quotidien avec 7 devises différentes :



"On intègre les comptes en banque qui sont basés dans des devises étrangères et l'information est automatiquement convertie en euros et consolidée avec le reste de la trésorerie." Lucas Gros, Directeur Général de Traction Productions


Envie de voir comment Agicap peut répondre à vos enjeux de trésorerie ? Faites le test gratuitement !

CTA Blog Agicap

Vous aimerez aussi