Comment gérer le risque de change ?

Qu'est-ce que le risque de change ? Comment le gérer ? Comment choisir et mettre en place une couverture de change ? Dans cet article, Stéphanie Weiss, DAF à temps partagé chez Acting Finances et spécialiste des contextes de crise de liquidité et de difficultés financières, nous livre ses conseils pour gérer le risque de change et mettre en place une couverture de change la plus avantageuse possible.

Stéphanie Weiss Cash Academy épisode 4

Au sommaire de cet article :

Ce contenu est issu de la formation en gestion de trésorerie Cash Academy. Pas encore inscrit ? C’est 100 % gratuit ! CTA blog  1

Qu’est-ce que le risque de change ?

Lorsqu’une entreprise effectue des transactions commerciales dans une devise qui n’est pas sa devise de travail, elle est soumise aux évolutions des taux de change, ce qui va, in fine, impacter son niveau de rentabilité.

Ces variations des cours des devises peuvent être aussi bien positives que négatives sur la marge commerciale. C’est ce qu’on appelle le risque de change.

L’évolution future du cours de change impacte in fine la marge commerciale de l’entreprise. Ce n’est donc pas un aspect de la gestion de trésorerie à négliger !

La couverture de change pour gérer le risque de change

Lorsqu’une société anticipe le cours de change auquel elle achètera les devises dont elle aura besoin pour payer (ou celles qu’elle vendra quand elle encaissera ses ventes), elle gère son risque de change.

Il existe plusieurs outils pour maîtriser les évolutions de cours de change : ces outils s’appellent des couvertures du risque de change. Il faut voir les couvertures de change comme des assurances qui ne sont pas toujours utilisées mais qui garantissent contre un risque.

Une couverture de change permet :

  • D’acheter des devises à un cours et à une échéance, fixés à l’avance (cas d’un importateur qui achète en devises) ;
  • De vendre les devises à un cours et à une échéance, fixés à l’avance (cas d’un exportateur qui vend en devises).

L’achat ou la vente de devises se fait auprès d’une banque ou d’un intermédiaire financier spécialisé.

Schéma-1 - Risque de change (1)

Le cours négocié avec les partenaires bancaires est basé sur le cours du marché des changes sur lequel ils prennent une marge. Le cours proposé par les banques est donc un cours net de leur marge : il sera donc toujours moins intéressant que celui que vous pouvez retrouver sur les plateformes de cotation en temps réel.

Selon les périodes, le marché des changes peut être très volatile (variations rapides et importantes des cours).

Pour avoir une idée des cours en vigueur lors de la négociation d’une couverture de change, on peut se référer au site de la banque de France.

Dans les moteurs de recherche, en tapant « taux EUR/USD » par exemple, il est possible aussi de trouver différents sites de « fixing » qui reprennent en temps presque réel les taux de change négocié à l’instant t sur le marché des changes.

Choisir une couverture de change

Il existe différents types de couverture du risque de change :

  • Des couvertures fermes avec obligation d’achat ou vente du montant de devises à l’échéance au taux négociés ;
  • Des couvertures optionnelles : le cours ou le montant de la transaction n’est pas fixé à l’avance de façon définitive et peut évoluer selon les cours du marché.

Les stratégies optionnelles sont beaucoup plus techniques et présentent plus de risque, mais elles permettent de mieux profiter de gains d’opportunité.

Exemple illustré de risque de change

Imaginons un exemple : la Société Frenchy, située en France, achète 10 000 stylos à un fournisseur de Hong-Kong (Société Asian Co) qui lui facture 1$ le stylo. (Rappel : les transactions avec l’Asie se font majoritairement en USD)

Schéma- 2 - Risque de change (1)

Frenchy est donc une société importatrice : elle a besoin d’acheter 10 000$ pour payer Asian Co.

Mais Frenchy s’interroge : QUAND et COMMENT acheter ces 10 000$ ?

Schéma- 3 - Risque de change (1)

La maîtrise du risque de change passe par l’anticipation.

Si vous attendez le jour du paiement de vos achats pour acheter vos devises (ou de l’encaissement de vos devises en cas de vente en devise), vous serez soumis aux évolutions des cours de change entre le jour où vous avez décidé d’acheter en devises et le jour du paiement.

Pour éviter cette incertitude, il est possible d’acheter (ou vendre) les devises dès l’établissement de votre budget.

DatePériodeMontant en USDCours marchéCours de couvertureContrevaleur € cours marchéContrevaleur € couvertureGain d'opportunité couverture
Novembre N-1Budget50001,18 4237 36
Janvier NCommande50001,182 4230
Février NFacture50001,17 4274
Mars NPaiement50001,1851,17024219427353

Décision d’achat des devises en novembre N-1

En novembre N-1, c’est la période du budget de l’année N –1.

Le Cours du marché de l’EUR/USD est de 1 €=1.18 $ Budget de vente : 10 000 stylos à 3€. Budget Achat : 10 000 stylos à 1$, soit 1$/1.18= 0.8474€/stylo Marge commerciale Budget/cible : 71.75% (= (30 000€-8 474€)/30 000€)

Si vous prenez la décision d’achat des 10 000 $ dès novembre N-1 : Avantage : Vous « bloquez » votre marge commerciale. Inconvénient : si le cours évolue et que le dollar s’affaiblit, vous aurez une « perte d’opportunité ».

Décision de retarder l’achat des devises à un événement postérieur (à la commande, à la facture ou au paiement de la marchandise)

Scénario 1 : le Dollar US se renforce (devient plus cher) après Novembre N-1

Par exemple 1 € = 1.15 $ : il faut + d’euros pour acheter des dollars

  • Frenchy payera ses stylos plus cher => 10 000/1.15 = 8 695€ (contre 8474€ budget)
  • Marge commerciale en baisse : 71% (contre 71.75% budget) (calcul : (30000-8695)/30000)

Gain espéré : 221€ (8695-8474)

Scénario 2 : le Dollar US s’affaiblit (devient moins cher) après Novembre

Par exemple 1 € = 1.21 $ : il faut (-) d’euros pour acheter des dollars

  • Frenchy payera ses stylos moins chers => 10 000/1.21 = 8 264€ (contre 8474€ en novembre)
  • Marge commerciale en hausse : 72.45% (contre 72% en novembre) (calcul : (30000-8264)/30000)

Perte d’opportunité : 210€ (8264-8474)

Après l’étude des gain et perte d’opportunité, basée sur les anticipations de cours des devises que vous pouvez faire avec votre banquier, vous pouvez décider de ne pas couvrir : ne pas couvrir est aussi une décision de gestion du risque de change : dans ce cas, vous acceptez le risque « illimité» de perte.

Comment acheter/vendre des devises pour se couvrir contre le risque de change ?

La politique de couverture de change consiste à décider du moment auquel on achète/vend ses devises et la couverture est une décision qui revient à la direction générale. Elle dépend de la culture de l’entreprise, selon son degré d’aversion au risque. Plus on retarde la date d’achat/de vente des devises, plus on est en risque.

  • Si vous voulez être le plus sécurisé possible, achetez vos devises dès votre budget.
  • Si vous souhaitez pouvoir profiter d’un éventuel cours meilleur d’ici le jour effectif du paiement (ou de l’encaissement), vous pouvez retarder la mise en place de la couverture le jour où le cours du marché est plus intéressant.

Plus on se rapproche de la date du paiement des marchandises (mars dans notre exemple), moins il y a d’intérêt à se couvrir.

Éviter la sur-couverture

Il faut savoir qu’on se couvre toujours pour un montant inférieur au besoin pour ne pas être “sur-couvert”. La sur-couverture revient à devoir revendre des devises qu’on aurait acheté en trop.

À l’inverse, devoir acheter des devises car on a trop vendu à terme en trop et pour lesquelles nous n’avons pas eu assez d’encaissement en devise.

Le but n’étant pas d’être à 100% couvert, mais de maîtriser son risque. En général, prendre des couvertures pour 80% de son besoin est un bon ratio.

Mettre en place une couverture de change

1. Calculer son besoin net

Commencez par calculer vos besoins d’achat et de vente par devise et par mois, au moment du budget. Si vous n’avez pas mis en place de budget, faites-le au moment de la commande client ou commande auprès du fournisseur.

Exemple : En novembre N-1, j’anticipe de vendre des marchandises aux US pour 15 000 USD en avril N, mais j’aurais aussi à payer 10 000 USD à un fournisseur Asiatique le même mois => besoin net de couverture dans notre exemple : Vente de 5 000 USD

2. Demande de cotations auprès de la banque

Transmettez à votre banque ou à votre intermédiaire le montant net du besoin et son échéance.

La banque va alors vous proposer d’acheter/vendre les devises à un cours de couverture à l’échéance donnée.

Exemple illustré de couverture de change

En novembre N-1, le cours du marché de l’EUR/USD est à 1.18. (cf données précédentes).

Vous suivez les marchés et vous pensez que le cours devrait évoluer positivement et peut-être aller à 1.16. Vous décidez de ne pas couvrir en novembre et d’attendre.

En janvier N, le cours passe à 1.1820.

Vous anticipez toujours que le cours va descendre à 1.16. Vous ne couvrez pas.

En février N, le cours passe à 1.17.

Vous pensez qu’il vaut mieux accepter ce cours et vous contactez votre banque pour mettre en place une couverture.

La banque vous propose de vous acheter les 5 000 USD à 1.1702 échéance mars N via une vente à terme.

On peut imaginer le scénario suivant :

Aucun flux bancaire en février N Vous signez un contrat avec la banque en Février N, qui vous engage à « livrer » les 5000 USD en mars N : C’est un engagement « hors bilan » jusqu’en mars.

En mars N :

  • Flux commerciaux : Vous payez les -10 000 USD, vous encaissez les +15 000 USD : vous avez 5 000 USD sur votre compte bancaire.
  • Flux de la couverture : la banque va créditer 4 273 € sur votre compte euro (5000/1.1702) et débiter 5 000 usd sur votre compte USD. (info : cours du marché en mars est de 1.1850 €/$)=> votre compte USD est à 0.

Schéma- 4 - Risque de change (1)

Résultats de la couverture :

  • Si vous aviez couvert dès novembre N-1 : vous auriez reçu 4237€ (5000/1.18)
  • Si vous n’aviez pas couvert et vendu en mars au cours du marché : vous auriez reçu 4219€ (5000/1.1850)
  • Gain d’opportunité par rapport à une absence de couverture 53€ (4273€-4219€)
  • Gain d’opportunité vis-à-vis d’une décision en novembre : 36€ (4274€-4237€)

À vous donc de prendre les meilleures décisions en fonction du marché !

Points d'attention

Pour pouvoir traiter des couvertures de devises, vous avez besoin de lignes de crédit (la banque prend un engagement envers vous).

BPI propose actuellement des garanties pour des couvertures à terme sans garantie.

Lors de la mise en place de couverture, pensez à négocier avec votre banque les commissions de change, qui sont facturées en plus de la marge sur le cours.

Risque de change et gestion de trésorerie multi-devises

En plus du risque de change, gérer la trésorerie d'une entreprise qui travaille à l'international avec plusieurs devises peut s'avérer particulièrement difficile. Comment connaître l'état de sa trésorerie quand les flux ne sont pas tous dans la même devise ? Cela rajoute une couche de complexité à une tâche qui n'est déjà pas aisée : le suivi et les prévisions de trésorerie.

Agicap est le logiciel qui vous permet de piloter votre entreprise par la trésorerie, grâce à des prévisions fiables et un suivi en temps réel. Nous synchronisons vos comptes bancaires et outils métiers pour que vous puissiez vous concentrer sur l'analyse et la prise de décisions. Nous facilitons votre pilotage en centralisant toutes vos structures, passant de la vision Groupe au détail par entité en un seul clic.

Pour les entreprises qui fonctionnent au quotidien avec plusieurs devises, Agicap permet d'intégrer les comptes en banque qui sont basés dans des devises étrangères ; l'information est automatiquement convertie en euros, ou dans la devise de votre choix, et consolidée avec le reste de la trésorerie.

Découvrez le témoignage de Lucas Gros, Directeur Général de Traction Productions Eyewear, grossiste en monture optique qui travaille au quotidien avec 7 devises différentes :



"On intègre les comptes en banque qui sont basés dans des devises étrangères et l'information est automatiquement convertie en euros et consolidée avec le reste de la trésorerie." Lucas Gros, Directeur Général de Traction Productions


Envie de voir comment Agicap peut répondre à vos enjeux de trésorerie ? Faites le test gratuitement !

CTA Blog Agicap

Vous aimerez aussi