Besoin de trésorerie urgent : que faire ?

Temps de lecture: 11 min

Pour beaucoup d’entreprises, les entrées et sorties d’argent sont multiples. Entre les encaissements et les dépenses, ces dernières font souvent face à un besoin de trésorerie urgent. Hélas, il est parfois difficile de pallier cette problématique. Pour éviter le pire et adopter une meilleure gestion budgétaire, suivez attentivement nos conseils d’experts.

Quelles sont les raisons d’un besoin de trésorerie ?

Les entreprises ont besoin de trésorerie pour gérer au mieux les écarts entre le flux d’argent entrant et sortant. Ce besoin en trésorerie est aussi appelé Besoin en Fonds de Roulement (BFR). Ce manque d’argent n’est pas anormal, bien au contraire, la majorité des entreprises y est confrontée. C’est un véritable défi pour les responsables qui doivent efficacement gérer leur trésorerie.

En effet, plusieurs causes amplifient ces besoins :

1. La gestion des stocks

Lorsqu’ils sont immobiles, ils génèrent automatiquement un besoin de trésorerie. Il faudra attendre de vendre les quantités de marchandises pour encaisser de l’argent. C’est pour cette raison que les réserves de produits doivent être anticipés au mieux pour diminuer la quantité stockée et améliorer la fréquence de rotation.

Téléchargez la fiche pratique complète pour optimiser vos stocks et sécuriser vos contrats fournisseurs ⬇️

FR - CTA FP-relations-fournisseurs

2. Les investissements

Pour évoluer, les sociétés sont amenées à prévoir un budget pour les investissements. Très souvent, il faut améliorer les espaces et outils de travail, ainsi que le matériel. Ces dépenses peuvent creuser des trous dans les finances, car ces décalages ne sont pas prévisibles. Enfin, le retour sur ces investissements n'apparaît pas automatiquement, ce qui n’améliore en rien la situation.

3. Les périodes creuses ou les périodes d’activité intense

L’activité d’une compagnie dépend fortement de la saisonnalité. Autrement dit, il existe des phases avec des pics d’activité très élevés et d’autres qui sont plus creuses. Durant ces baisses d’activité, l’entreprise doit continuer à assumer ses dépenses telles que le versement de salaire à son personnel ou le règlement de ses charges courantes. A contrario, lorsque l’activité est à son apogée, elle devra augmenter ses stocks, et recruter plus de personnels, ce qui va accroître son besoin en fonds de manière conséquente.

4. Les retards de paiement et les impayés

La récurrence des retards de paiement et des impayés sont des facteurs supplémentaires qui intensifient les besoins de trésorerie. Ils créent de véritables brèches dans le planning budgétaire de chaque institution.

Cela dit, il faut prêter attention à ces situations, en se penchant vers des solutions concrètes. En général, une créance client n’est pas immédiatement réglée, il existe souvent un délai de 30 à 60 jours après la prestation, ce qui provoque à nouveau un décalage de trésorerie. L’objectif principal des chefs d’entreprises est de limiter l’impact de ces retards de paiement et impayés.

À lire aussi : facture impayée, que faire ?

Comment ces besoins se matérialisent-t-ils au sein d’un plan de trésorerie ?

Pour éviter de se retrouver au pied du mur, il existe plusieurs techniques. Parmi elles, il y a la mise en place d’un plan de trésorerie prévisionnel. Comme son nom l’indique, celui-ci consiste à anticiper les besoins financiers des sociétés afin que le solde ne soit pas négatif en fin de mois et conserver un bon bilan fonctionnel.

En établissant un tableau de trésorerie, l’entreprise peut visualiser les décaissements à venir, les prochains encaissements et ajuster la gestion du budget de l’établissement. Dès lors, il est possible de comparer les dépenses prévues, aux dépenses réalisées. On peut créer un tableau Excel ou avoir recours à des logiciels prêts à l’emploi qui permettent de synchroniser les comptes bancaires, pour mieux visualiser les flux monétaires.

Comment réagir à un besoin de trésorerie urgent ?

Devant un besoin de trésorerie urgent, les entreprises ont pour obligation de trouver des sources de financement à court terme. La bonne nouvelle est qu’il existe de nombreux moyens de se faire aider.

1 – Le crédit ou le microcrédit :

Ce sont des crédits de trésorerie professionnels, ils sont attribués par les banques par un accord signé ou verbal et permettent aux entreprises d’emprunter pour des besoins ponctuels ou récurrents. Bien qu’une garantie ne soit pas exigée, il faut néanmoins justifier d’une bonne tenue des comptes pour y accéder.

2 – La cession de créance ou cession Dailly :

C’est un acte juridique qui peut se matérialiser par un contrat. Selon cet accord, l’entreprise en difficulté de trésorerie peut céder une créance à un établissement de crédit ou à une tierce personne afin qu’il ou elle puisse payer sa dette dans les plus brefs délais. Cette cession de créances peut être faite à titre gratuit ou onéreux.

À lire aussi : tout savoir sur la cession Dailly

3 – Les comptes courants d’associés

L’utilisation des comptes courants d’associés est un moyen de financement à court terme. Grâce à l’augmentation des besoins de fonds de roulement, les entreprises peuvent répondre rapidement aux besoins de trésorerie.

4 – Les prêts BPI :

Pour renforcer leur BFR (besoins en fonds de roulement), les dirigeants d’entreprises peuvent solliciter un prêt auprès de la Banque publique d’investissement. Ces « prêts croissance » sont à taux 0 et ne nécessitent ni garantie ni caution personnelle. Ils sont octroyés à la personne et non pas à l’entreprise. Ils ont pour avantage de proposer un remboursement différé. Grâce aux prêts BPI, il est possible d’emprunter à partir 3 000 € jusqu’à 50 000 € en fonction de son projet et de ses besoins en fonds.

5 – L’affacturage ou le factoring :

C’est une technique de financement gérée par des établissements de crédit spécialisés (les affactureurs). Cette dernière consiste à recouvrer les créances des entreprises, et à obtenir des financements anticipés. Autrement dit, c’est une demande d’avance de trésorerie qui s’effectue en déléguant les factures en attentes (les créances clients). Grâce au factoring, plus besoin d’attendre l’argent des factures, car celui-ci est avancé. Ce moyen n’est pas gratuit, il est accompagné de ce qu’on appelle un « coût d'affacturage » qui correspond à environ 1 à 3 % de la valeur des créances.

6 – Le financement participatif ou le crowdfunding :

Cette dernière option se déroule en dehors des circuits financiers classiques et institutionnels. C’est à travers une plateforme en ligne que les porteurs de projets collectent des fonds. Les individus intéressés par le projet peuvent participer financièrement à sa construction ou sa consolidation.

Ces financeurs sont souvent motivés par le fait de donner du sens à leur argent. Les entreprises qui visent à améliorer l’intérêt général sont fréquemment celles auxquelles les gens s’identifient sur la base de valeurs ou de localités communes. Ce système est ouvert à tous, sans condition. Une personne physique ou morale, un particulier ou encore un professionnel, tout le monde a le droit de faire appel à ce moyen de financement. Ce qui rend le processus plus simple. Cela dit, il vaut mieux faire preuve de vigilance afin de ne pas être victime d’escroquerie.

À lire aussi : tout savoir sur le crowdfunding

Comment éviter d’être dans le besoin de trésorerie ?

Pour éviter de créer un besoin de trésorerie, il faut s’organiser et se prémunir contre les aléas du métier. Pour ce faire :

  • Faites-vous payer rapidement ;
  • Optimisez la gestion de vos stocks ;
  • Prévoyez vos dépenses grâce à un plan de trésorerie prévisionnel ;
  • Entourez-vous de spécialistes qui peuvent vous aider.

Pour vos clients bons payeurs, réguliers et corrects, vous pouvez leur proposer des délais de paiement classiques à +30 jours après la prestation. En revanche, vous pouvez catégoriser vos clients mauvais payeurs pour qu'ils soient relancés dès que le délai de paiement est dépassé. Ainsi, vous ne serez plus en difficulté et pourrez continuer à avancer sereinement.

Concernant l’optimisation des stocks, nous vous conseillons de suivre avec la plus grande attention leur rotation. Ces analyses sont précieuses pour anticiper le rachat des produits, et dresser le constat de ce qui se vend le mieux ou des périodes les plus fructueuses.

L’objectif est de ne plus se laisser envahir par un stock trop important.

Comme cité plus haut, utiliser un plan de prévision est une des solutions principales pour gérer au mieux les flux de trésorerie d’une entreprise. En revanche, si cela est trop difficile à appréhender, confier ce travail à un professionnel est plus que judicieux. Les conseillers en gestion sont souvent eux-mêmes des dirigeants ou d’anciens chefs d’entreprises. Fort de leurs expériences et de leurs connaissances, ils pourront vous éclairer pour diminuer votre besoin en trésorerie.

Pour maîtriser vos besoins de trésorerie et éviter tout frein majeur dans le développement de votre entreprise, il existe une solution performante : vous équiper d’un logiciel de gestion de trésorerie.

Testez-le gratuitement !

Blog CTA   FR


S'inscrire à notre newsletter

Vous aimerez aussi