Qu’est-ce que le bilan fonctionnel d’une entreprise ?

Le bilan fonctionnel est un tableau qui réorganise les données du bilan comptable pour analyser la structure financière d'une société. Cette reformulation permet d’évaluer en détail l’équilibre financier de la société. Qu'est-ce que le bilan fonctionnel d'une entreprise ? Comment Alors pourquoi calculer le bilan fonctionnel ? Quelles différences avec le bilan comptable ? Sous quelle forme le présenter ? La réponse dans cet article très complet.

Au sommaire de cet article :

Définition du bilan fonctionnel

Le bilan fonctionnel d’une entreprise est un document qui reprend les données brutes du bilan comptable. Il les réorganise par fonction (investissement, exploitation…) pour mettre en avant la structure financière de la société.

Là où le bilan comptable est divisé entre actif et passif, le bilan fonctionnel distingue les emplois des ressources.

Cette réorganisation permet de dégager différents indicateurs-clés pour analyser la santé financière de l'entreprise et de son activité d'exploitation.

Connaissez-vous tous les tenants et aboutissants de la gestion de trésorerie ? Besoin d’une remise à niveau en gestion de trésorerie ? Découvrez Cash Academy, une formation 100 % gratuite ! CTA blog  1

L’objectif du bilan fonctionnel : comprendre les flux financiers de l’entreprise

Le bilan fonctionnel sert à comprendre d’où vient l’argent d’une société, et comment cette dernière utilise ces fonds dans le cadre de son activité.

Comme son nom l’indique, le bilan fonctionnel réorganise les postes du bilan comptable (avant répartition du résultat) suivant leur fonction. Cette présentation permet de :

  • comprendre la structure financière de la société ;
  • évaluer la politique d’investissement mise en œuvre ;
  • mesurer l’équilibre financier de l’entreprise, pour voir dans quelle mesure les emplois sont couverts par les ressources générées ;
  • identifier d’éventuelles faiblesses et les leviers d’action à envisager.

Quelle structure pour le bilan fonctionnel ?

Le Plan Comptable Général prévoit des préconisations sur la forme du bilan fonctionnel. Il se présente sous la forme d’un tableau financier basé sur les valeurs brutes de chaque poste, et qui sépare les emplois et les ressources de l’entreprise.

Ce tableau est scindé :

  • de façon verticale pour distinguer les emplois (actifs) et les ressources (passifs) ;
  • et de façon horizontale pour préciser la nature de l’emploi ou de la ressource.

Le bilan fonctionnel se fait grâce à l’identification de différents cycles :

  • Le cycle durable : il regroupe les investissements (emplois) et financements (ressources) stables et qui ont vocation à rester longtemps dans l’entreprise. On pensera aux immobilisations (incorporelles, corporelles et financières) côté emplois, et, côté ressources, aux capitaux propres, dettes financières à long terme et autres amortissements.
  • Le cycle d’exploitation : il regroupe les postes « circulants » liés à l’activité et à la production de l’entreprise : stocks, dettes…
  • Le cycle hors exploitation : il regroupe des postes liés à l’actif circulant, mais non issus de la production : notamment les dettes fournisseurs d’immobilisations, fiscales ou sociales.
  • Le cycle de trésorerie : il regroupe l’actif et le passif de la trésorerie.

Exemple de bilan fonctionnel

EmploisMontantRessourcesMontant
Emplois stables (immobilisations diverses) Ressources stables (Capitaux propres, amortissements…)
Actif circulant d'exploitation (Stocks, créances clients...) Passif circulant d'exploitation (Dettes d'exploitation)
Actif circulant hors exploitation (Créances diverses) Passif circulant hors exploitation (Dettes diverses)
Trésorerie active (Disponibilités) Trésorerie passive (Concours bancaires, soldes créditeurs de banque…)

Comment passer du bilan comptable au bilan fonctionnel ?

Le bilan fonctionnel est une reformulation du bilan comptable. Pour passer de l’un à l’autre, il faut retraiter certains postes pour pouvoir les désigner sous des termes issus de la vision fonctionnelle, et incorporer certains éléments qui ne font habituellement pas partie du bilan comptable.

Quels postes retraiter pour les incorporer dans le bilan fonctionnel ?

Voici les principaux retraitements à effectuer, car des particularités peuvent varier selon les entreprises :

  • Les amortissements des immobilisations et les provisions sont à reclasser comme des ressources de financement à long terme.
  • Les charges à répartir sur plusieurs exercices sont à reclasser comme des actifs stables, en raison de leur longue durée de vie.
  • Les concours bancaires courants et les soldes créditeurs de banque sont à reclasser en trésorerie passive, car ils représentent des dettes à très court terme contractées auprès des banques.
  • Les intérêts courus non échus sur prêts et sur dettes doivent être reclassés en actifs circulant hors exploitation.

Quels engagements hors bilan comptable intégrer dans le bilan fonctionnel ?

Pour une meilleure analyse, le bilan fonctionnel réintègre certains éléments habituellement négligés par le bilan comptable. Voici les principaux engagements à incorporer :

  • Les effets escomptés non échus doivent être intégrés au poste client dans l’actif circulant, et leur contrepartie est incorporée en concours bancaires courants à la trésorerie passive.
  • Les immobilisations financées par crédit-bail n’appartiennent pas à l’entreprise : elles ne peuvent donc pas être inscrites au bilan comptable. Toutefois, si elles rentrent dans l’exploitation courante de l’entreprise, ces immobilisations sont à incorporer au bilan fonctionnel, en actif stable et à leur valeur brute. Leur contrepartie est à ajouter aux capitaux propres et la différence est transférée dans les dettes financières (en valeur nette).
  • Les charges et les produits constatés d’avance sont à reclasser selon qu’ils sont d’exploitation ou hors exploitation. Le critère qui détermine cette reclassification peut être indiqué en annexe du bilan. À défaut, ces charges et produits sont à reclasser en exploitation.

Quels éléments éliminer du bilan comptable pour passer au bilan fonctionnel ?

Certains éléments du bilan comptable ne sont pas pris en compte dans le bilan fonctionnel de l'entreprise :

  • Le poste capital souscrit non appelé représente la part de capital que les propriétaires de l’entreprise n’ont pas encore apportée. À ce titre, il constitue un actif fictif, à enlever de l’actif stable et des capitaux propres. Seule la part du capital appelé doit être prise en compte dans le bilan fonctionnel.
  • Les primes de remboursement, initialement considérées comme des emplois et ressources stables, doivent être éliminées du bilan fonctionnel. Seul le prix d’émission doit être considéré comme une ressource de financement pour l’entreprise.

Comment analyser le bilan fonctionnel ?

L’analyse du bilan fonctionnel permet d’apprécier la santé financière de l’entreprise. Cette analyse dépend de l’équilibre financier de la structure, que l’on évalue grâce à trois indicateurs majeurs. Il s’agit du Fonds de Roulement Net Global (FRNG), du Besoin en Fonds de Roulement (BFR), et de la trésorerie nette (TN).

Fonds de roulement

Bilan fonctionnel et fonds de roulement : l’équilibre à long terme

La règle de base de la gestion fonctionnelle à long terme est que les ressources stables doivent financer au moins les emplois stables. L’indice de cet équilibre est le fonds de roulement net global (FRNG), et il se calcule avec la formule qui suit :

FRNG = ressources stables - emplois stables

Si cette soustraction donne un FRNG positif, cet excédent représente une ressource supplémentaire de financement. Plus cet excédent est élevé, plus l’entreprise pourra gérer d’éventuels imprévus.

Un FRNG négatif est un indicateur de ressources à long terme insuffisantes, notamment en vue du financement d’emplois. Voici quelques pistes de financements longs termes :

  • l'augmentation du capital de l’entreprise ;
  • le recours à un emprunt à long terme ;
  • un apport en compte courant d’associés (CCA) ;
  • une cession d’investissements (immobilisations).

Le FNRG, s’il est positif, n’implique pas nécessairement que l’entreprise est bien gérée. Il n’est que l’indicateur de ressources supérieures aux emplois, ce qui peut être lié, par exemple, à des investissements insuffisants. Le FRNG est donc à interpréter en fonction du contexte de l’entreprise concernée : sa taille, son secteur, son activité…

Pour tout comprendre du Fonds de Roulement (FRNG), découvrez notre dossier complet : Fonds de roulement : Tout ce qu’il faut connaître !

Bilan fonctionnel et besoin en fonds de roulement : l’équilibre à court terme

Pour une évaluation de l’équilibre à court terme, l’indicateur-clé est le Besoin en Fonds de Roulement (BFR). Il compare les emplois à court terme et les ressources à court terme. Toutefois, il faut distinguer deux besoins différents : le BFR d’exploitation (BFRE) et le BFR hors exploitation (BFRHE).

Bilan fonctionnel et besoin en fonds de roulement d’exploitation

Le Besoin en Fonds de Roulement d’Exploitation (BFRE) est lié à l’activité courante de l’entreprise (l’exploitation : achats, ventes…). Ce besoin peut être généré par le fait que les rentrées d’argent peuvent mettre du temps à arriver, même une fois la vente opérée : délai d’encaissement, retard de facture, anticipation du renouvellement des stocks… Pour compenser ces éventuels décalages, le BFRE est la somme d’argent dont a besoin l’entreprise pour couvrir son exploitation.

Cet indicateur évolue donc en fonction de l’activité de l’entreprise. Il se calcule de la façon suivante :

BFRE = emplois circulants d’exploitation - ressources circulantes d’exploitation

Le BFRE, s’il est positif, indique que l’entreprise a besoin d’un financement pour son exploitation. Ce cas, relativement répandu, peut impliquer différentes solutions :

  • l’augmentation de la rotation des stocks ;
  • une négociation des délais de paiement avec les clients pour les réduire ;
  • une négociation des délais de paiement avec les fournisseurs pour les allonger ou les prolonger.

À lire aussi : Délais de paiement entre professionnels, que dit la loi et comment améliorer son BFR ?

Si le BFRE est négatif, le résultat du calcul constitue une ressource que l’entreprise peut utiliser pour financer son exploitation. Elle n’est donc pas obligée d’utiliser l’excédent du FRNG.

Bilan fonctionnel et besoin en fonds de roulement hors exploitation

Le Besoin en Fonds de Roulement Hors Exploitation (BFRHE) est la partie du financement qui n’est pas générée par l’activité courante d’exploitation de l’entreprise. Il est donc dissocié du chiffre d’affaires de la société et concerne des postes relativement indépendants :

  • les créances diverses ;
  • les Valeurs Mobilières de Placement (VMP) ;
  • les dettes envers les fournisseurs d’immobilisations ;
  • les comptes courants d’associés (CCA)…

Le calcul de cet indicateur se fait grâce à cette formule :

BFRHE = actif circulant hors exploitation - passif circulant hors exploitation

Si le résultat est positif, le BFRHE indique que l’entreprise a un besoin en financement hors exploitation. Si le BFRHE est négatif, le résultat obtenu constitue une ressource en fonds de roulement qui permet à l’entreprise de financer ses activités hors exploitation.

Besoin en Fonds de Roulement Global (BFRG)

Au sein du cycle d’exploitation, on distingue le besoin d’exploitation et le besoin hors exploitation pour mieux appréhender l’équilibre du bas de bilan fonctionnel. Cette opération permet de préciser la provenance du besoin ou de la ressource calculée.

Il est possible de calculer le Besoin en Fonds de Roulement Global (BFRG) avec la formule suivante :

BFRG = BFRE - BFRHE

Un BFRG négatif, et donc majoritairement financé par des ressources en fonds de roulement hors exploitation, peut provoquer un déséquilibre. En effet, ces ressources ne sont pas issues de l’activité principale de l’entreprise : elles sont donc plus difficiles à mesurer et à contrôler.

Bilan fonctionnel et trésorerie nette : l’équilibre global

La Trésorerie Nette (TN) est le dernier indicateur du bilan fonctionnel : elle évalue l’équilibre financier global de l’entreprise. Elle peut s’obtenir de deux façons. La première formule est verticale :

TN = FRNG - BFRG

La deuxième méthode est horizontale :

TN = trésorerie active - trésorerie passive

Une trésorerie nette positive indique que l’entreprise dispose de sommes immédiatement disponibles (liquidités immédiates). Néanmoins, cet indicateur est à considérer en fonction du contexte : une trésorerie positive peut être liée à un manque de réinvestissements, par exemple.

Une trésorerie nette négative indique que le besoin en fonds de roulement n’est pas financé par le fonds de roulement net global, et souvent compensé par des emprunts bancaires. Cette situation est souvent le symptôme d’un déséquilibre structurel ou fonctionnel. Il peut être dangereux de le laisser perdurer, car l’entreprise risque de dépendre de sa banque pour continuer son activité.

Pour tout comprendre sur la trésorerie nette, lisez notre dossier complet : Qu’est-ce que la trésorerie nette d’une entreprise ?

Les ratios financiers issus du bilan fonctionnel

L’intérêt du bilan fonctionnel vient également du fait qu’il permet de calculer un certain nombre de ratios financiers. Ces derniers permettent de comprendre en profondeur le bilan fonctionnel et les potentiels leviers d’amélioration. Voici les principaux.

À partir des éléments du FRNG : le ratio de couverture des emplois stables

Le Fonds de Roulement Net Global (FRNG) fait intervenir les ressources stables et les emplois stables. Ces éléments peuvent être utilisés pour calculer le ratio de couverture des emplois stables.

Le calcul de ce ratio est la suivante :

Ratio de couverture des emplois stables = ressources stables / emplois stables

Si ce ratio est supérieur à 1, cela signifie que les emplois stables sont couverts par les ressources stables.

À partir des éléments du FRNG : le ratio couverture des capitaux investis

Les éléments du Fonds de Roulement Net Global (FRNG) permettent également de calculer le ratio de couverture des capitaux investis. Cet indicateur évalue la capacité des ressources à long terme à financer l’actif stable et le Besoin en Fonds de Roulement d’Exploitation (BFRE). Exprimé en pourcentage, ce chiffre a tout intérêt à être élevé :

Ratio de couverture des capitaux investis = ressources stables / (actifs stables + BFRE)

À partir des éléments du FRNG : le ratio d’indépendance financière

Enfin, les éléments du Fonds de Roulement Net Global (FRNG) permettent de calculer le ratio d’indépendance financière de l’entreprise. Comme son nom l’indique, cet indicateur mesure la dépendance de la société vis-à-vis de ses créanciers (établissements de crédit, banques…). Sa formule est la suivante :

Ratio d’indépendance financière = capitaux propres / ressources stables

Plus le taux obtenu est élevé, moins l’entreprise est dépendante vis-à-vis de ses créanciers. L’interprétation variera selon le secteur de l’entreprise : il n’existe pas de ratio idéal d’indépendance financière hors contexte.

Il est possible d’accompagner ce calcul avec le ratio d’endettement, pour estimer si l’entreprise a trop emprunté par rapport à ses capacités.

À partir des éléments du BFR : le DSO

Le Days Sales Outstanding (DSO) se traduit en français par « délai moyen de paiement des clients », ou encore « Nombre de Jours de Crédit clients » (NJC). Il s’agit d’un ratio qui permet de mesurer le délai moyen de paiement que l’entreprise accorde à ses clients.

Le calcul du DSO se fonde sur les éléments du Besoin de Fonds de Roulement (BFR). Sa formule de calcul est la suivante :

DSO = (Créance client retraitée / chiffre d’affaires TTC) * nombre de jours de la période examinée

À partir des éléments du BFR : le DPO

Le Days Payable Outstanding (DPO), ou délai moyen de paiement fournisseurs, correspond au nombre de jours écoulés entre le moment où un fournisseur facture une entreprise, et le moment où la société paye cette facture.

Les éléments du Besoin en Fonds de Roulement (BFR) permettent de mesurer le délai de paiement moyen négocié avec les fournisseurs. Voici la formule du calcul de cet indicateur :

DPO = (Dettes fournisseurs et comptes rattachés / achat de biens et services TTC) * nombre de jours de la période examinée

À partir des éléments du BFR : le DIO

Le Days Inventory Oustanding (DIO), ou délai de rotation des stocks, est un ratio qui mesure le délai nécessaire pour convertir un stock en vente effective. Le DIO peut se calculer de deux façons. La première méthode de calcul concerne les entreprises qui gèrent des stocks de marchandise :

DIO = Stock moyen de marchandises / Coût d’achat des marchandises vendues hors taxes * nombre de jours de la période examinée

La deuxième solution concerne les entreprises industrielles, qui chercheront à calculer le ratio de rotation de stocks de produits finis vendus. La formule est alors la suivante :

Stock moyen de produits finis / Coût de production de produits finis vendus hors taxes * nombre de jours de la période examinée

À lire aussi : Ratios de rotation : définition et tout ce qu'il faut savoir

Le bilan fonctionnel permet d’analyser en profondeur les éléments du bilan financier et de l’adapter au contexte de chaque entreprise. Les ratios qui en émanent, notamment, permettent d’identifier les difficultés de l’entreprise, et les axes d’amélioration. L’essentiel est alors de suivre avec précision la trésorerie de sa société pour réaliser un bilan fonctionnel pertinent.

Envie de voir comment le logiciel de gestion de trésorerie Agicap peut répondre à vos enjeux de trésorerie ? Faites le test gratuitement !

CTA Blog Agicap

Vous aimerez aussi