Trésorier : un poste crucial en entreprise

En entreprise, le trésorier a un rôle prépondérant. Chargé de la bonne gestion de la trésorerie, il gère les liquidités de l’entreprise, mais il peut également prendre en charge d’autres missions. Alors quelles sont les responsabilités du trésorier ? Quelles sont les compétences requises ? Nos experts font le tour de la question.

Au sommaire de cet article :

Trésorier : définition

Le terme « trésorier » désigne la personne chargée des liquidités de l’entreprise au quotidien. Elle contrôle les entrées et sorties d’argent de la société, en surveillant toujours la couverture des besoins financiers. Son rôle implique donc de la gestion, de l’anticipation et de la prévoyance sur tous les flux de trésorerie de l’entreprise.

Connaissez-vous tous les tenants et aboutissants de la gestion de trésorerie ? Besoin d’une remise à niveau en gestion de trésorerie ? Découvrez Cash Academy, une formation 100 % gratuite ! CTA blog  1

Les missions du trésorier

Au quotidien : gérer et pointer les flux de trésorerie

La principale mission du trésorier est la gestion des liquidités de l’entreprise, en suivant les encaissements et les décaissements. Pour ce faire, il analyse les positions bancaires du ou des comptes bancaires de l’entreprise et procède au rapprochement bancaire. Cette mission peut être complexe si les différents comptes sont domiciliés dans des banques différentes, et si les flux de trésorerie sont nombreux.

À partir de ses analyses, le trésorier est également en charge :

  • d'équilibrer les comptes en cas de besoin ;
  • de déterminer la position bancaire en date de valeur…

Pour ce faire, il affecte des flux par banque, sur une base mensuelle ou trimestrielle. Il communique ses instructions au service comptabilité de l’entreprise, qui est chargé de l’émission et de l’encaissement de ces flux (chèques, virements, effets de commerce, encaissements…).

Établir le budget et les prévisions de trésorerie

Le trésorier est également en charge de la projection dans l'avenir de la trésorerie de l’entreprise. Pour ce faire, il établit un budget de trésorerie mensualisé. Ce budget se fonde sur les éléments fournis par le contrôleur de gestion et le directeur financier, ainsi que sur sa connaissance de l’historique et de l’activité de l’entreprise.

En fin d’année, le trésorier évalue la position nette de trésorerie et la position d’endettement net. L’objectif est de mieux identifier les besoins de financement, et c’est également au trésorier de solliciter des apports auprès des établissements bancaires ou de la maison-mère de l’entreprise.

À lire aussi : Plan de trésorerie : principe et modèle excel gratuit à télécharger

Mettre au point des reportings et suivre les écarts

Le trésorier établit régulièrement (toutes les semaines ou tous les mois) une synthèse de la position de trésorerie consolidée. Ce document analyse les principaux flux (encaissements et décaissements) de la période écoulée et établit des prévisions pour la période à venir.

Le trésorier suit les éventuels écarts entre le budget qu’il avait établi et les flux effectivement constatés. S’il en détecte, charge à lui de les analyser et de les expliquer, tout en en tirant des conclusions en termes de frais ou de produits financiers.

Il peut également comparer la position comptable et la position bancaire, afin de vérifier que les opérations de trésorerie sont correctement comptabilisées. Selon les résultats, il en tirera les conclusions qui s’imposent, tant en termes de prévisions trimestrielles que de besoin en financement à court terme.

Gérer les relations avec les banques

On l’a vu : le trésorier identifie les éventuels besoins de crédit. C’est également lui qui met en place les lignes de crédit nécessaires, grâce aux plans de financement et les prévisions de trésorerie.

Le trésorier est en charge de la négociation des conditions bancaires de l’emprunt, ainsi que de leur contrôle. Il peut mettre en place des outils de couverture des différents risques de change.

Il est également chargé de la gestion des pouvoirs bancaires au sein de l’entreprise. Il répertorie toutes les délégations de signatures bancaires : en cas de départ d’un de ces signataires, il met à jour ce document.

Optimiser les coûts et les produits financiers

Toujours dans la gestion des emprunts bancaires, le trésorier contrôle les échelles d’intérêt que les banques émettent. Il vérifie également que les intérêts financiers qu’elles facturent sont conformes aux engagements.

Il peut également orienter les flux bancaires selon les avantages propres à chaque banque, dans un objectif d’optimisation des coûts.

Gérer les risques

En charge de la trésorerie, le trésorier a pour mission constante d’identifier et d’évaluer les risques qui peuvent l’impacter :

  • taux d’intérêt ;
  • évolution des taux de change ;
  • variation du coût des matières premières ;
  • risque de contrepartie…

Découvrez la fiche pratique dédiée à la gestion du risque de change : Linkedin Ads  6

Après avoir identifié ces menaces, le trésorier doit en évaluer l’impact pour l’entreprise. Il doit ensuite mettre en place des instruments de couverture, identifier des indicateurs pour suivre ces menaces et élaborer des procédures de contrôle.

Élaborer des financements d’investissements

Si l’entreprise décide d’acquérir une entreprise ou d’importants actifs, le trésorier participe au montage du financement de ces opérations.

Il peut également proposer des solutions pour refinancer des filiales : contraction de prêts, mise en place de garanties, recapitalisation…

Placer les excédents de trésorerie

Si la trésorerie est déficitaire, le trésorier est chargé de négocier les financements externes pour combler les besoins en trésorerie. À l’inverse, si la trésorerie est excédentaire, c’est également à lui de proposer des placements judicieux pour ces sommes d’argent.

À ce sujet, découvrez le replay du webinar : Piloter et optimiser ses excédents de trésorerie

Quel périmètre d’action pour le trésorier ?

Les prérogatives d’un trésorier peuvent varier énormément d’un contexte à l’autre. Voici les 3 principaux facteurs qui peuvent conditionner ses tâches :

Les missions du trésorier dépendent de la taille de l’entreprise

Une PME et une grande entreprise n’octroieront pas les mêmes missions à leur trésorier. En PME, il doit faire preuve de polyvalence, car ses missions peuvent être très nombreuses, surtout si les équipes dédiées à la gestion de la trésorerie sont réduites (ou inexistantes).

À l’inverse, les équipes d’une grande entreprise peuvent être très fournies, permettant ainsi des tâches spécialisées.

Les missions du trésorier dépendent de la situation économique de la société

Le trésorier d’une entreprise en très bonne santé financière n’aura pas les mêmes missions que celui d’une société endettée. Dans ce cas de figure, il passera davantage de temps à négocier des financements auprès d’établissement bancaires. À l’inverse, une société à la trésorerie excédentaire exigera de son trésorier qu’il optimise ses placements et qu’il veille au ratio rendement/risque.

Les missions du trésorier dépendent du nombre de filiales et de leur internationalisation

Un groupe international, présent dans de nombreux pays hors zone euro via les filiales, demandera à son trésorier d’accorder une attention particulière à la gestion et à la consolidation des devises. À l’inverse, si le groupe d’entreprise est fortement centralisé, le trésorier se concentrera également sur la gestion des relations bancaires, ainsi que sur la remontée d’information et l’analyse des écarts. Dans les deux cas, le trésorier d’un groupe doit savoir être un bon manager, afin de diriger ses équipes de manière efficace.

Découvrez le témoignage de Lucas Gros, Directeur Général de Traction Productions Eyewear, grossiste en monture optique qui travaille au quotidien avec 7 devises différentes :



Vous êtes dirigeant ou responsable financier de plusieurs sociétés ? Vous souhaitez gagner du temps et obtenir une meilleure visibilité sur l’état de votre trésorerie ? Ce livre blanc est fait pour vous. N’attendez plus !

Ads e book v4 bis

Quelles évolutions pour le métier de trésorier ?

Les récentes évolutions technologiques et la crise financière de 2008 permettent de prévoir plusieurs tendances pour les futures évolutions du trésorier :

  • le trésorier voit le périmètre de ses fonctions s’élargir de plus en plus, notamment pour travailler avec d’autres services, et en ce qui concerne la gestion des risques ;
  • on constate d’ailleurs l’émergence de nouveaux risques : la versatilité du cours des matières premières et les risques environnementaux (réglementations sur les émissions de CO2, par exemple) ;
  • enfin, le métier est de plus en plus technique et centralisé, et de moins en moins opérationnel et sur le terrain : une tendance qui ne devrait pas se réduire dans les années à venir.

Retour d’expérience de trésorier : Corsica Sole

Corsica Sole est un groupe d’énergie solaire en pleine croissance. Nicolas Sambiasi, trésorier du groupe, gère la trésorerie de la maison-mère et de chacune des sociétés de projet (SPV). Lesdits projets se multipliant rapidement, si bien que la gestion de la trésorerie était devenue un défi permanent : le nombre de tableaux à générer était exponentiel et le temps passé sur ce sujet équivalait quasiment à un travail à temps plein.

Pour gagner du temps et automatiser la gestion de la trésorerie, le trésorier de Corsica Sole a choisi le logiciel Agicap :

« On a fait appel à Agicap pour se dégager du temps.La gestion de trésorerie est un sujet vaste et chronophage. Agicap nous permet de gagner du temps et d’éviter les sources d’erreurs, fréquentes quand on remplit manuellement des dizaines de tableaux Excel. Cela va me permettre de prendre de la hauteur, me consacrer à l’analyse des écarts plutôt qu’à la saisie de données. Je vais aussi pouvoir dégager du temps pour gérer d’autres sujets : la fiscalité par exemple. »
Nicolas Sambiasi, trésorier du Groupe Corsica Sole

Retrouvez toutes les réponses dans le cas client complet à télécharger gratuitement !

Copie de Linkedin Ads  7

Quelle formation pour devenir trésorier ?

Quels diplômes ?

La majorité des trésoriers sont détenteurs d’une licence ou d’un master. Les profils qui ont suivi une formation de Brevet de Technicien Supérieur (BTS) sont moins nombreux. Voici les formations les plus représentées :

  • les écoles de commerce avec une option finance ;
  • les masters en finance, trésorerie diplômes comptables : Diplôme de Comptabilité et de Gestion (DCG) et Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion (DSCG) ;
  • les masters en comptabilité, contrôle et audit ;
  • les masters en management ;
  • les Instituts d’Etudes Politiques (IEP) section économie / finance ;
  • les Brevets de Technicien Supérieur (BTS) en comptabilité / gestion.

Combien d’années d’expérience ?

La majorité des entreprises sont à la recherche de profils ayant au moins 3 à 5 ans dans un département trésorerie. Toutefois, le poste de trésorier peut être ouvert à des débutants, avec un statut junior.

Combien gagne un trésorier ?

La question de la rémunération du trésorier revient régulièrement. En général :

  • le salaire d’un trésorier jeune cadre est compris entre 35 k€ et 60 k€ annuels.
  • le salaire d’un trésorier cadre confirmé est compris entre 60 k€ et 100 k€ annuels.

Quelle hiérarchie pour le trésorier ?

Le trésorier d’une entreprise, peut, selon la structure, être rattaché à 4 principaux supérieurs hiérarchiques :

  • le directeur financier ;
  • le directeur administratif et financier (DAF) ;
  • le directeur général (DG) ;
  • et le trésorier du groupe, dans le cas d’une groupe de sociétés.

Trésoriers : autres dénominations

Dans certains contextes, le terme « trésorier » peut être remplacé par les dénominations suivantes :

  • Cash manager
  • Responsable trésorerie et financement
  • Gestionnaire des financements
  • Trésorier groupe
  • Trésorier filiale
  • Trésorier international

Quelles compétences faut-il pour être trésorier ?

Le contexte de chaque entreprise peut faire varier les missions du trésorier, et donc les compétences qui lui seront demandées. Voici néanmoins une liste non exhaustive des principales compétences associées au poste de trésorier :

  • une maîtrise du fonctionnement des opérations bancaires ;
  • une maîtrise des normes internationales d’informations financières (IFRS - International financial reporting standards) ;
  • une maîtrise de l’exploitation des données comptables ;
  • une maîtrise des outils informatiques et de gestion de trésorerie ;
  • des connaissances en fiscalité ;
  • des capacités d’analyse et de synthèse ;
  • une aisance relationnelle ;
  • une connaissance des procédures internes ;
  • une maîtrise des techniques managériales ;
  • un certain sens de l’organisation…

Avec quels indicateurs le trésorier travaille-t-il ?

Au quotidien, le trésorier utilise deux principaux indicateurs : le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) et le Fonds de Roulement Net Global (FRNG).

Le trésorier et le BFR

Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) d’une entreprise correspond à la somme nécessaire pour couvrir ses frais d’exploitation. Il représente donc les besoins de financement à court terme de l’entreprise.

Ces besoins sont souvent liés aux décalages entre les encaissements et les décaissements. En effet, une entreprise peut mettre du temps à recevoir le paiement facturé pour une prestation, alors qu’elle aura déjà payé ses matières premières et autres prestataires pour cette même prestation, ce qui crée un décalage.

Le BFR est donc un indicateur fondamental pour le trésorier : il lui permet de savoir de quelles sommes l’entreprise a besoin pour continuer d’exercer son activité. En suivant son évolution, il peut identifier d’éventuels problèmes structurels, et les solutions à y apporter.

Le trésorier et le FRNG

Le fonds de roulement, ou Fonds de Roulement Net Global (FRNG), constitue le capital que l’entreprise utilise pour faire face au quotidien à ses obligations financières. Il est essentiel pour le trésorier d’avoir une visibilité sur le FRNG, afin de connaître en amont la capacité de l’entreprise à absorber des dépenses sans recourir à un emprunt.

Quels outils pour le trésorier ?

Le trésorier doit être à l’aise avec l’ensemble des outils informatiques. Mais au quotidien, il utilise deux outils principaux :

Le plan de trésorerie

Le plan de trésorerie prévisionnel est un tableau qui permet d’évaluer la situation de la trésorerie de l’entreprise dans un futur plus ou moins proche. Son objectif est de lister de façon objective les flux de trésorerie (encaissements et décaissements) passés et présents pour faire des prédictions pour le futur. Il s’agit donc d’un outil de prise de décision incontournable pour le trésorier.

Le logiciel de trésorerie

Un logiciel de trésorerie permet d’automatiser de nombreux calculs, de considérer les différents comptes avec du recul et de suivre dans les temps les différents indicateurs. Il est indispensable pour que le trésorier ne se perde pas dans le suivi des flux.

Il existe différents logiciels de trésorerie. Pour faire son choix, voici les principales fonctionnalités à attendre d’un outil de trésorerie performant :

  • un suivi consolidé des flux de trésorerie en temps réel ;
  • des prévisions de trésorerie fiables ;
  • une sécurisation des données ;
  • une intégration facile aux différents logiciels de gestion ;
  • une consolidation des filiales ;
  • des reportings et des indicateurs-clés…

Agicap, le logiciel qui simplifie la vie des trésoriers

Agicap est LA solution de gestion de trésorerie qui révolutionne la façon de suivre et prévoir les flux de trésorerie des entreprises. Créée en 2016 par 3 entrepreneurs lyonnais, Agicap rend accessible la gestion de trésorerie aux PME grâce à son son outil en ligne (SaaS) de gestion et de prévision.

En appliquant des technologies d’intelligence artificielle à des données pertinentes, par exemple les flux bancaires, Agicap vous permet de :

  • visualiser la trésorerie disponible en temps réel facilement, avec des données automatiquement synchronisées
  • automatiser la mise à jour de votre budget et les prévisions de trésorerie pour connaître les écarts et ré-ajuster son budget futur de manière itérative
  • prendre les meilleures décisions en évaluant l’impact des scénarios stratégiques sur la trésorerie.

Entreprise en pleine croissance, Agicap est implantée en France, en Allemagne, en Espagne, en Italie, aux Pays-Bas, et compte plusieurs milliers de clients.

Faites le test gratuitement !

CTA Blog Agicap

Vous aimerez aussi