Comment construire le plan de trésorerie d’une PME industrielle ?

La visualisation des flux de trésorerie passés, en cours ou futurs est souvent complexe. La multitude des comptes bancaires et des flux et l’incertitude sur les encaissements et décaissements à venir dans un mois, 3 mois ou 6 mois peuvent donner des sueurs froides aux dirigeants et responsables financiers des PME industrielles.

Bâtir son plan prévisionnel de trésorerie permet d’anticiper les encaissements et décaissements à venir, et donc de pouvoir identifier les trous de trésorerie éventuels ; l’entreprise peut alors chercher dès aujourd’hui une solution sans se retrouver au pied du mur. Par la suite, le suivi de trésorerie - effectué de façon régulière - permet de vérifier la correspondance entre le prévisionnel et le réel et de faire les ajustements nécessaires.

PME industrielles : comment anticiper ses flux de trésorerie ?

Un horizon de prévision restreint

Pour la plupart des entreprises industrielles, l’horizon de projection est assez court : c’est celui du paiement des commandes engagées. La plupart des dirigeants et DAF naviguent à vue avec un prévisionnel de un ou deux mois maximum, avec le plafond de la loi LME sur les délais de paiement en ligne de mire. C’est une vision pessimiste de la trésorerie (tous les engagements en cours sans les prévisions de ventes), nécessaire pour anticiper les éventuels coups durs.

Mais anticiper sa trésorerie sur une période plus longue est indispensable pour pouvoir ordonnancer les achats, prioriser des investissements et prévoir d’éventuels besoins en financement.

Anticiper les volumes de ventes

En fonction du modèle économique de l’entreprise, la difficulté peut varier : plus les volumes vendus sont importants, plus la projection est facilitée. Quand au contraire le volume est faible, le montant unitaire élevé et qu’il y a peu de récurrent, la trésorerie varie beaucoup d’un mois sur l’autre et le risque est plus important.

Facteurs d’incertitude :

  • Commandes clients ponctuelles et à très gros montants ;
  • Absence de récurrence des commandes ;
  • Fluctuation de la valeur des matières premières ;
  • Gestion de trésorerie multi-devises ;
  • Accès au Crédit Impôt Recherche (CIR) / Crédit Impôt Innovation (CII) ;
  • Investissements dans les équipements / pannes ;
  • Retards de paiement clients ;

Découvrez le livre dédié à la gestion de trésorerie dans l’industrie ! Linkedin Ads  10

Plan de trésorerie d’une entreprise industrielle

Le plan de trésorerie prévisionnel est un tableau qui recense mois par mois les charges (les dépenses et investissements) et les produits (les recettes et les financements) et qui fixe des objectifs pour la période en cours ou à venir. Par la suite, ce tableau servira de référence pour comparer le prévisionnel au réel.

Le principe du budget prévisionnel est de faire figurer tous les encaissements (= rentrées d’argent) et décaissements (= sorties d’argent) et de les organiser en catégories et sous-catégories.

Les catégories d’encaissements dans l’industrie

Commencez par lister l’ensemble des rentrées d’argent de votre entreprise pour les mois à venir, en les décomposant par grandes catégories.

  • Facturation client
  • Subventions
  • Crédit Impôt Recherche (CIR) / Crédit Impôt Innovation (CII)
  • Apports en capital
  • Apports en compte courant d’associé
  • Prêts bancaires
  • Prêt intra-groupe
  • Affacturage
  • Virements internes
  • Crédit de TVA
  • ...

Attention aux délais de paiement : les dirigeants font souvent l’erreur d’attribuer le règlement au mois de commande plutôt qu’au mois de paiement. Mieux vaut être prudent sur les dates d’encaissements, et prévoir la possibilité de retards.

Les catégories de décaissements dans l’industrie

Une fois les encaissements listés de façon exhaustive, on peut faire le même exercice pour les décaissements, c’est-à-dire les sorties d’argent.

En général, elles sont de 2 types :

  • les charges fixes : ce sont les frais qui tombent tous les mois, quel que soit le niveau d’activité de l’entreprise. On pense notamment aux frais liés aux locaux et aux salaires.
  • les charges variables : ce sont les frais liés directement à l’activité de l’entreprise, et qui augmentent et diminuent en fonction des ventes ou des commandes : matières premières, fournisseurs, transports...

Catégories de décaissements :

  • Achat de matière première et autres charges de fournisseurs
  • Frais de transports
  • Frais de locaux (loyer, entretien, eau & électricité…)
  • Crédit-bail
  • Frais de personnel (salaires, charges d’intérim, charges patronales, charges sociales, ticket restaurants…)
  • Voyages et déplacements
  • Assurance (de bien, de responsabilité…)
  • Remboursements de prêts
  • Frais bancaires (découvert, escompte)
  • Frais d’affacturage
  • Remboursements intra-groupe
  • Impôts & taxes (cotisation foncière des entreprises, Impôts sur les sociétés, TVA)
  • Prestataires (expert comptable, avocat, sous-traitance, auditeurs, conseiller en gestion)

Construire un prévisionnel fiable : le retour d’expérience de HNK

Au moment de la reprise d’une entreprise, construire un plan de trésorerie prévisionnel est indispensable. Quand Frédéric Kern a racheté HNK, entreprise industrielle spécialiste du traitement de surface des métaux, l’entreprise était en difficulté financière. La trésorerie était donc un enjeu essentiel.

HNK en chiffres :

  • 1976 : Création de l’entreprise
  • 2017 : Reprise par Frédéric Kern
  • 5 employés
  • 700 000 € de CA

Une part de nos achats est une part importante de notre CA : on achète des matières premières que l’on revend à nos clients, avec des évolutions de prix difficiles à connaître à l’avance.
Frédéric Kern General Manager de HNK

Découvrez le témoignage exclusif de Frédéric Kern dans ce document de 4 pages ! Copie de Linkedin Ads  3

PME industrielle : avec quel outil construire son plan de trésorerie ?

Pour construire son prévisionnel de trésorerie, il faut faire converger des données diverses (réalisé, factures engagées côté client et côté fournisseur, commandes…) provenant à la fois de la comptabilité et des outils de gestion type ERP.

Les limites du plan de trésorerie sur Excel

La plupart des entreprises utilisent Excel pour rassembler et consolider les données. Mais elles se trouvent rapidement confrontées aux limites de l’outil :

  • Le manque de visibilité en temps réel ;
  • Les erreurs potentielles ;
  • Le manque de stabilité quand le volume de données est important ;
  • Le manque de souplesse et d’automatisation ;
  • La difficulté à travailler sur Excel en mode collaboratif ;
  • Le manque de visualisation des données.

"Je finissais par passer plus de temps dans ma journée devant Excel qu’à exercer mon métier, qui est de gérer une entreprise.
Sébastien Pellevrault, dirigeant de Rincent ND Technologies, entreprise d’instruments pour le BTP

Agicap, le logiciel de trésorerie particulièrement adapté aux PME industrielles

Agicap est un logiciel de gestion de trésorerie adapté à toutes les PME, en particulier les entreprises industrielles. Avec Agicap, vous aurez accès à un suivi de trésorerie en temps réel et automatisé : la solution s’intègre avec vos banques, outils comptables, outils de facturation et met automatiquement votre trésorerie à jour.

Agicap vous permet aussi d’anticiper votre trésorerie à 1, 3, 6 ou 12 mois pour prendre les bonnes décisions et sécuriser vos besoins de financement. Vous pouvez également simuler facilement l’impact de scénarios de crise sur votre trésorerie : baisse du chiffre d’affaires, chômage partiel, décalage des remboursements d’emprunts…

Ils ont choisi Agicap, ils témoignent...

C’est la trésorerie qui nous fait vivre. Notre enjeu, c’est de maîtriser le besoin en fonds de roulement et d’être capables de se projeter sur les rentrées et les sorties d’argent, savoir ce qui est en retard, ce qui est à l’heure, ce qu’on doit payer... Agicap nous donne une vision beaucoup plus claire. La partie prévisionnelle est très intéressante parce qu’elle nous permet de faire des projections si on doit réaliser des embauches ou des investissements machines. On a pu enlever le brouillard qui entourait la gestion de trésorerie pour pouvoir mieux piloter l’entreprise.
Bruno Leclerc PDG de Mecareloror Entreprise d’usinage de précision

Avant Agicap, on utilisait principalement Excel. L’inconvénient d’Excel, c’est qu’il y a peu de temps réel, pas de synchronisation bancaire, et beaucoup de manipulations dans différents outils pour obtenir du reporting. Dans Agicap, j’intègre le suivi de mes bons de commande et celui de mes factures clients et fournisseurs. La vision est globale, depuis la prise de commande jusqu’à son paiement. Agicap me permet de fournir de l’information fiable à mes associés, de gérer la trésorerie en étant certaine que tous mes comptes sont synchronisés. La simplicité et la visibilité qu’Agicap nous offre nous permet d’être plus sereins.
Ludivine Maurer DAF associée de ICM ITA Entreprise de construction métallique

Besoin de vérifier si Agicap est fait pour vous ? Vous pouvez faire un essai gratuit et sans engagement. c5e25225 a2ab 4753 8d35 de19c509a2e3

Vous aimerez aussi