Comment fonctionne le capital risque

Temps de lecture: 6 min
DE - finanzkrise 2020

Le capital risque permet aux jeunes entreprises innovantes d’augmenter leurs fonds propres en vue de financer le lancement de leur activité.

Ce moyen de financement s’avère très utile pour lancer son projet, y compris pour gagner en crédibilité auprès des établissements bancaires.

Comment fonctionne le capital risque ? À qui s’adresse-t-il ? Retrouvez toutes les clés dans cet article.

Le capital risque (ou Venture Capital) : définition

Le capital risque, ou venture capital, est un investissement apporté au profit d’une jeune entreprise par un ou plusieurs investisseurs. Il prend la forme d’une prise de participation au capital de la société.

Cet investissement permet non seulement d’augmenter les capitaux de l’entreprise, mais aussi de lui apporter un réseau et une expertise, afin de l’accompagner dans sa croissance. Il représente donc un moyen privilégié de financement des start-ups.

L’objectif du capital-risque est ainsi d’aider de jeunes entreprises innovantes et prometteuses à accélérer leur développement et s’implanter sur leur marché.

Comment fonctionne une prise de participation capital risque ?

Entrée au capital

L’investisseur aussi appelé “capital-risqueur” étudie tout d’abord le business plan de l’entreprise, ainsi que la présentation de son produit, du marché visé et de ses objectifs de développement, puis il prend la décision d’entrer au capital de la société.

Il peut choisir de le faire de différentes manières :

  • Souscrire des actions ordinaires ;
  • Souscrire des actions à dividende prioritaire, ou assorties de bons de souscription d’actions ;
  • Accorder des avances en compte courant d’associé.

Développement de l’entreprise

De manière générale, les investisseurs restent en moyenne 3 à 7 ans au capital de l’entreprise, le temps que celle-ci se développe et s’ancre solidement sur son marché.

Sortie du capital

La rémunération du capital-risqueur se fait essentiellement sur la plus-value réalisée à sa sortie du capital.

Il existe également plusieurs méthodes pour sortir du capital de l’entreprise :

  • le rachat des titres par les associés initiaux de la société ;
  • la revente à une entreprise tierce ;
  • l’introduction en bourse de la société.

Qui peut bénéficier d’un capital risque ?

Le financement par capital-risque concerne les jeunes sociétés à fort potentiel de développement, n’étant pas encore cotées en bourse. Il s’adresse le plus souvent à des entreprises bénéficiant du statut de jeune entreprise innovante.

Quels sont les risques potentiels ?

Le capital-risque est un pari sur la croissance d’une entreprise à fort potentiel. Les investisseurs font face à des risques importants lors de la phase dite d’amorçage, c’est-à-dire la phase lors de laquelle l’entreprise développe son service ou un prototype de son produit.

En effet, les capital-risqueurs risquent de ne pas réussir à revendre leurs actions si la société ne rencontre pas le succès escompté. De même, les fonds investis sont perdus si la société disparaît. Mais à l’inverse, si elle connaît une forte croissance, le retour sur investissement peut dépasser toutes les espérances.

Les investisseurs principaux du capital risque

Le capital risque en France est géré par différents fonds d’investissement publics et privés, qui agissent à l’échelle nationale et régionale.

Fonds nationaux

Les fonds d’investissement nationaux peuvent être publics ou privés, généralistes ou spécialisés dans un secteur d’activité en particulier. Ils interviennent généralement pour des montants de 500 000€ et plus, et pour soutenir des entreprises déjà existantes.

Fonds régionaux

Les fonds régionaux soutiennent quant à eux la création et le développement d’entreprises implantées localement. Ils interviennent à travers les instituts régionaux de participation (IRP) et investissent des montants compris entre 75 000 et 600 000€.

Business angels

Les business angels sont des particuliers, généralement issus du monde des affaires, qui choisissent d’investir dans le capital de sociétés jugées prometteuses. Ces investissements sont généralement à hauteur de 15 000€ minimum.

À lire aussi : comment financer un projet innovant grâce aux business angels

Corporate venture

Il s’agit de fonds créés par de grands groupes industriels, qui interviennent généralement sur leur propre domaine d’activité. Ces investissements permettent un accompagnement par des experts du secteur, très profitable pour les entreprises naissantes.

Les critères qui régissent le choix d’un investisseur

Le choix de l’investisseur particulier ou de la société d’investissement à capital-risque est lié à différents facteurs, notamment :

  • Le stade d’intervention : en phase d’amorçage, de création, de développement ou de reprise ;
  • Le montant accordé par l’investisseur ;
  • Son degré de spécialisation, et le cas échéant, son secteur d’intervention ;
  • Sa couverture géographique.

À lire aussi : tout savoir sur le LBO, mécanisme plébiscité des fonds d’investissement

A qui s’adresser pour cette opération ?

Pour bénéficier d’un investissement à capital-risque, vous pouvez vous adresser à :

  • France Invest, qui répertorie les principaux fonds nationaux ;
  • BPI France ;
  • France Angels, un organisme recensant tous les business angels ;
  • Les investisseurs privés, tels que Chausson Finance, MGT, MBA Capital…
  • L’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

Anticiper vos besoins en fonds propres avant un capital risque, grâce à Agicap

Pour solliciter un investissement financier au plus près de vos besoins réels, mieux vaut avoir une vision claire sur votre trésorerie. Agicap permet aux entrepreneurs d’automatiser leurs flux de liquidités, afin de surveiller leur niveau de trésorerie en temps réel et d’anticiper les besoins en financement à venir.

Alors qu’il est souvent compliqué d’obtenir un prêt bancaire au stade de lancement de l’entreprise, le capital-risque permet d’obtenir davantage de fonds propres afin de faciliter sa croissance. Votre idée est innovante ? Votre business plan est prêt et détaillé ? N’hésitez pas à contacter différents organismes pour vous lancer !

Pour maîtriser vos besoins de trésorerie et éviter tout frein majeur dans le développement de votre entreprise, il existe une solution performante : vous équiper d’un logiciel de gestion de trésorerie.

Testez-le gratuitement !

FR - CTA blog


S'inscrire à notre newsletter

Vous aimerez aussi