Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) : définition et utilisations

Outil de gestion intéressant et simple à utiliser, le tableau des soldes intermédiaires de gestion rend plus facile la lecture de la rentabilité d’une entreprise que le compte de résultat. Grâce à l’analyse des SIG regroupés par catégories, un dirigeant ou un entrepreneur peut ainsi prendre des décisions stratégiques de manière plus éclairée en s’appuyant sur chaque indicateur. Quels sont les 8 soldes intermédiaires de gestion à mettre en lumière ? Comment interpréter ces chiffres ? A quoi ressemble un tableau des SIG ? Agicap vous donne les clés pour vous aider à mettre en application cet outil financier.

Au sommaire de cet article :

Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) : définition

Les soldes intermédiaires de gestion, couramment appelés SIG, correspondent à la décomposition du compte de résultat en catégories successives. De cette manière, il est plus facile pour un dirigeant ou un cadre financier d’analyser et d’interpréter la manière dont le résultat de l’entreprise s’est constitué. Les SIG permettent donc d’évaluer rapidement la rentabilité d’une entreprise.

Les soldes intermédiaires de gestion sont présentés sous la forme d’un tableau (voir ci-dessous) qui regroupe 8 catégories principales :

  1. La marge commerciale brute
  2. La valeur ajoutée (VA)
  3. La production de l’exercice
  4. L’excédent brut d’exploitation (EBE)
  5. Le résultat brut d’exploitation (REX)
  6. Le résultat courant avant impôt
  7. Le résultat exceptionnel
  8. Le résultat net

Les trois premiers soldes intermédiaires de gestion sont essentiellement destinés à l’analyse de l'activité, tandis que les quatre derniers sont dédiés à l’analyse du résultat.

Bon à savoir : lorsqu'il est exprimé en valeur absolue, le solde intermédiaire de gestion est découpé en plusieurs soldes intermédiaires permettant de dissocier la production, les charges, les impôts... Lorsqu'il est exprimé en pourcentage, le solde intermédiaire de gestion permet de réaliser des analyses de concurrence entre entreprises car le point de départ est le chiffre d’affaires.

Connaissez-vous tous les tenants et aboutissants de la gestion de trésorerie ? Besoin d’une remise à niveau ? Découvrez Cash Academy, une formation 100 % gratuite ! CTA blog  1

A quoi servent les soldes intermédiaires de gestion ?

Les SIG ont pour finalité de comprendre d'où le résultat net d’une entreprise provient. Ainsi, le tableau de soldes intermédiaires de gestion permet :

  • d'évaluer étape par étape la formation du résultat net à partir du chiffre d'affaires ;
  • de mesurer la répartition de la richesse créée (entre les employés, l'Etat, les organismes sociaux, les actionnaires et l'activité de l’entreprise) ;
  • d'optimiser les différentes fonctions de l'entreprise (commerciale, approvisionnement, production, ressources humaines, investissement, financement) au même titre que les opérations exceptionnelles non liées directement à l’activité ;
  • de détenir des éléments chiffrés afin de se comparer aux statistiques du secteur ou à ses concurrents ;
  • d’analyser les variations par rapport aux exercices financiers précédents.

En établissant les soldes intermédiaires de gestion de votre entreprise, vous pouvez identifier rapidement et mettre en place des actions concrètes sur les indicateurs à l’origine de problèmes de rentabilité.

Astuce : vous pouvez intégrer les SIG dans les tableaux financiers prévisionnels du business plan de votre entreprise si vous souhaitez lever des fonds ou trouver des investisseurs par exemple.

Découvrez toutes les étapes et astuces pour mettre au point votre plan de trésorerie dans ce livre blanc exclusif :

Qu’est-ce qu’un tableau des soldes intermédiaires de gestion ?

Les soldes intermédiaires de gestion sont présentées sous la forme d’un tableau : on l’appelle le tableau des soldes intermédiaires de gestion (TSIG). Il regroupe et synthétise l’ensemble des charges d’une société via des familles d’indicateurs financiers. Parce qu’il offre une meilleure lisibilité que le compte de résultat, cet outil est en principe plus pratique pour évaluer les performances d’une entreprise.

Grâce au tableau des soldes intermédiaires de gestion, il est notamment possible de :

  • Mettre en lumière les postes les plus coûteux et les plus rémunérateurs ;
  • Comparer l’évolution de la société avec les années antérieures.

Le TSIG permet de déterminer en un coup d’œil les sources de revenus ou de dépenses d’une entreprise. Ainsi, il est possible de se rendre compte si ses performances financières sont issues de son activité ou si elles s’expliquent par des ventes exceptionnelles.

Le calcul des soldes intermédiaires de gestion

A l’inverse du compte de résultats, dont les charges sont classées de manière comptable, le tableau des soldes intermédiaires de gestion est plus apprécié car celles-ci sont agencées par catégories. Il devient donc plus aisé de calculer les indicateurs ou les différents SIG. Néanmoins, ce calcul s’appuie sur les mêmes éléments que ceux présents dans le compte de résultat, à savoir les charges et les produits.

Les étapes pour calculer les soldes intermédiaires de gestion

Afin de calculer les SIG, il est recommandé de procéder étape par étape. Une fois définis, encore faut-il pouvoir les analyser et comprendre leur impact pour mettre en place une gestion efficace de votre entreprise. Revenons point par point sur chaque indicateur.

La marge commerciale

La marge commerciale, parfois appelée marge brute, établit la différence en le prix de vent et le coût de revient d’un service ou d’un produit. Autrement dit, il s’agit du montant ajouté au coût d’achat d’une marchandise avant la vente de celle-ci. On parle généralement « des consommables » pour évoquer ce type d’achat de marchandise. La formule pour calculer la marge commerciale brute : Marge commerciale brute = chiffre d’affaires – consommables (marchandises, matières premières).

A lire aussi : Tout savoir sur la marge commerciale

Comment interpréter la marge commerciale ?

La marge commerciale concerne uniquement les entreprises commerciales ou industrielles qui procèdent par l’achat de biens et la revente en l’état sans aucune transformation.

La marge commerciale permet de :

  • mesurer la performance de l'activité commerciale ;
  • mesurer l’impact de la politique commerciale à travers le temps.

Pour bien comprendre le poids de chaque produit au sein de la marge commerciale globale, il est d’usage de la calculer pour chaque ligne de produits. Ainsi, vous serez plus en mesure de répondre à certaines questions, telles que :

  • Quel est votre pouvoir de négociation face aux fournisseurs et auprès des clients ?
  • Vos coûts d’achats de marchandises ont-t-il augmenté ou diminué ?
  • Devez-vous augmenter le prix des marchandises vendues face à l'augmentation du coût des achats pour conserver la marge commerciale ? Si oui, la concurrence permet-elle d’augmenter le prix ?
  • Quel produit contribue le plus à votre marge commerciale globale ? Lequel y contribue le moins ?

A noter : la marge commerciale peut s’exprimer aussi en pourcentage du chiffre d’affaires. La formule est alors la suivante : Taux de marge commerciale = (Marge commerciale / Chiffre d’affaires) x 100

La valeur ajoutée (VA)

La valeur ajoutée équivaut à la valeur de la richesse créée par une entreprise à travers son activité. Cet indicateur sert de base de calcul pour la TVA. La valeur ajoutée se calcule en faisant la différence entre le chiffre d’affaires et les achats nécessaires pour obtenir cette production, c’est-à-dire les consommations intermédiaires. Ces dernières se composent :

  • des consommables (achats directement liés à la vente ou la production du bien ou du service commercialisé)
  • des frais généraux (loyers, fournitures de bureau, honoraires, énergie, etc, …).

La valeur ajoutée permet notamment de couvrir certaines charges inhérentes à l’entreprise (auto-financement, rémunération de salariés, impôts et taxes) ainsi qu’auprès des actionnaires (dividendes). Il apparaît donc essentiel de fixer un montant minimum pour la valeur ajoutée.

Pour rappel, voici la formule pour calculer la valeur ajoutée : Valeur ajoutée = marge brute – frais généraux

La production de l’exercice

Contrairement à la marge commerciale, la production de l’exercice correspond au montant de la chaîne de valeur de la transformation d’un produit, entre son prix d’achat et son prix de vente. Cet indicateur concerne donc seulement les produits transformés (entreprises artisanales et industrielles).

Grâce à la production de l’exercice, il est possible de :

  • mesurer l’activité de production pour une période donnée ;
  • calculer la marge brute de production.

La formule pour calculer la production de l’exercice : Production de l’exercice = Production vendue +/- Production stockée + Production immobilisée

L’excédent brut d'exploitation (EBE)

Principal indicateur de rentabilité d’exploitation, l’excédent brut d’exploitation (EBE) correspond au solde généré par l’activité courante de l’entreprise, sans tenir compte de sa politique d’investissement ni de sa gestion financière. Une fois les salaires et les charges payées à l’État, vous obtenez l’EBE de votre entreprise. L’EBE est le meilleur indicateur de la performance économique d’une entreprise. On peut ainsi dire que plus l’EBE est élevé, plus l’entreprise est performante.

La formule pour calculer l’excédent brut d’exploitation : EBE = valeur ajoutée – (salaires + impôts + taxes)

Comment interpréter l’EBE ? L’EBE exprime la performance de l’entreprise, une fois le paiement des salaires et des impôts indirects effectué.

Puisqu’il ne tient compte que des résultats inhérents à l’activité propre de l’entreprise, l’EBE reste l’indicateur privilégié pour la comparaison inter-entreprises. Ne sont pas pris en compte :

  • les choix des dirigeants en matière de politique de financement (charges financières) ;
  • la politique d’investissement (choix de la durée d’amortissement) ;
  • les événements exceptionnels (vente d’un matériel suite à une décision de désinvestissement par exemple) ;
  • la distribution de dividendes ;
  • le mode d’imposition.

Si l’EBE est négatif, on parle alors d’une insuffisance brute d’exploitation. Les causes d’une insuffisance brute d’exploitation peuvent être multiples, parmi lesquelles :

  • Une trop faible marge commerciale : avez-vous bien fixé vos prix ? Qu’en est-il de la négociation des prix d’achats avec vos fournisseurs ?
  • Des ventes de produits et/ou services insuffisantes pour couvrir les charges fixes et les frais généraux (loyer trop cher, dépenses marketing trop élevées, etc.).
  • Une masse salariale trop importante par rapport aux prévisions d'activité.

Le résultat brut d’exploitation (REX)

Le résultat brut d’exploitation indique le résultat généré par l’activité courante de l’entreprise. A la différence de l’excédent brut d’exploitation (EBE), le REX tient compte de la déduction :

  • Des dotations aux amortissements : installations, immobiliers, matériels, véhicules, etc. ;
  • Des dotations aux provisions : perte sur créances, dépréciation des stocks, etc.

Il s’agit également d’un calcul intéressant pour mettre en avant la performance économique de l’entreprise.

La formule pour calculer le résultat brut d’exploitation : REX = EBE – (produits et charges diverses + dotations aux amortissements + dotations aux provisions)

Comment interpréter le REX ? Le résultat d’exploitation est parfois confondu avec l’EBE. Pour faire la distinction entre ces deux SIG, le REX évalue la performance nette d’exploitation de l’entreprise, en écartant le facteur de la politique financière décidée en interne. Il reste néanmoins influencé par la politique d’amortissement des investissements.

__Par ailleurs, la gestion de flux de trésorerie est un élément indispensable pour évaluer la santé financière d’une entreprise. Téléchargez votre template Excel ci-dessous : __

FR - CTA tableau de flux de trésorerie

Le résultat courant avant impôt

Le résultat courant avant impôts offre l’avantage de mesurer l’impact de la politique financière de l’entreprise sur son résultat d’exploitation.

La formule pour calculer le résultat courant avant impôt : Résultat courant avant impôt = résultat d'exploitation +/- résultat financier (produits financiers - charges financières)

Comment interpréter le résultat courant avant impôt ? Le résultat courant avant impôt combine la performance des activités d’exploitation et financière de l’entreprise. A la lecture de cet indicateur, il est possible d’analyser la stratégie de la politique de financement.

CTA blog - plan de financement

Le résultat exceptionnel

Le résultat exceptionnel prend en compte toutes les opérations non récurrentes et qui ne sont pas liées aux activités courantes de l’entreprise (cession d’immobilisation, remboursement exceptionnel, etc.).

La formule pour calculer le résultat exceptionnel : Résultat exceptionnel = produits exceptionnels – charges exceptionnelles

Comment interpréter le résultat exceptionnel ? Outre ses activités courantes, une entreprise peut être amenée à prendre des décisions occasionnelles qui auront un impact plus ou moins important sur ses résultats financiers annuels. Il peut s’agir de l’achat ou la vente d’actifs qu’il est intéressant de mesurer.

Ce résultat exceptionnel peut prendre l’aspect :

  • de l’achat/revente de produits exceptionnels : vente d’une machine, d’un bâtiment, etc.
  • de charges exceptionnelles : coûts des licenciements, amendes fiscales, etc.

Bien souvent, le résultat exceptionnel reflète la politique de désinvestissement de l’entreprise à plus ou moins long terme.

Le résultat net

En faisant la différence entre tous les produits et toutes les charges, on obtient le résultat net d’une entreprise. Concrètement, il s’agit de l’enrichissement ou de l’appauvrissement d’une entreprise sur une période donnée. Si le résultat net obtenu est :

  • Positif, alors l’entreprise réalise des bénéfices. Elle peut par exemple distribuer des dividendes à ses actionnaires ou mettre en application sa politique d’investissement.
  • Négatif, alors l’entreprise réalise des pertes.

La formule pour calculer le résultat exceptionnel : Résultat net = REX – (résultat financier + résultat exceptionnel + impôts)

A noter : Le résultat net peut aussi se calculer à partir de la capacité d’autofinancement (CAF).

A lire aussi : Qu'est-ce que la capacité d’autofinancement

Les plus-values et moins-values sur cession d’éléments d’actifs

Ce solde mesure le niveau de désinvestissement de l’entreprise. Il peut être question de la cession importante d’éléments d’actifs, que l’on pourrait interpréter comme un signe de désinvestissement pour des raisons de difficultés financières.

Exemple d’un tableau des soldes intermédiaires de gestion (SIG)

Ci-dessous, voici un exemple visuel d’un tableau des soldes intermédiaires de gestion.

Tableau des Soldes Intermédiaires de Gestion
Ventes de marchandises et de services (= Chiffre d'Affaires)
- Coût d'achat des marchandises vendues
= Marge Commerciale
Production vendue
+ Production immobilisée
+/- Production stockée
= Production de l'exercice
+ Marge commerciale
- Consommations de l'exercice en provenance de tiers
= Valeur ajoutée (VA)
+ Subventions d'exploitation
- Charges du personnel (salaires, charges sociales)
- Impôts, taxes et versements assimilés
= Excédent Brut d'Exploitation(EBE)
+ Autres produits d'exploitation
- Autres charges d'exploitation
+ Reprise sur amortissements et provisions d'exploitation
+ Transferts de charges d'exploitation
- Dotations aux amortissements et provisions d'exploitation
= Résultat d’exploitation
+ Produits financiers
- Charges financières
= Résultat courant avant impôt (RCAI)
+ Produits exceptionnels
- Charges exceptionnelles
= Résultat exceptionnel
RCAI
+ Résultat exceptionnel
- Impôt sur les bénéfices/sociétés
- Participation salariale
= Résultat net

Comparez vos SIG avec ceux de vos concurrents

Les soldes intermédiaires de gestion représentent d’excellents indicateurs financiers si vous souhaitez comparer les performances de votre société avec celles de votre secteur ou de vos concurrents. Bpifrance Création, les centres de gestion agréés et les fédérations professionnelles sont autant de sources d’information qui pourront vous être utiles.

Pour maîtriser vos besoins de trésorerie et éviter tout frein majeur dans le développement de votre entreprise, il existe une solution performante : vous équiper d’un logiciel de gestion de trésorerie.

Faites le test gratuitement !

CTA Blog Agicap

Vous aimerez aussi