EBITDA : définition, calcul et exemple

Temps de lecture: 9 min

Indicateur financier utilisé dans la majorité des états financiers en France, l’EBITDA est un élément indispensable dans l’évaluation de la santé financière de l’entreprise. Mais comment peut-on définir précisément l’EBITDA ? Et comment le calcule-t-on ?

Découvrez dans cet article tout ce que vous devez savoir sur l’EBITDA.

Qu'est-ce que l'EBITDA en français ?

EBITDA ou Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization est un indicateur financier américain de plus en plus utilisé en gestion et en comptabilité en France. En Français, il s’agit du BAIIA ou Bénéfice Avant Intérêts, Impôts et Amortissements.

Il permet ainsi d’analyser la rentabilité du cycle d’exploitation d’une organisation. Ce cycle comprend l’ensemble des postes de dépenses et de financement en rapport aux activités de cette dernière.

Avec l’EBITDA, il est donc possible de déterminer si votre activité principale génère de la valeur ou non. Il peut être utilisé en interne comme externe et sert à comparer les performances des entreprises dans un même secteur.

Il est important de noter qu’un EBITDA positif ne signifie pas forcément que l’entreprise est rentable. Cet indicateur se focalise en effet exclusivement sur le cœur de l’activité. Ainsi, si l’entreprise présente par exemple des charges en intérêts ou en impôts trop importantes, la rentabilité peut être négative.

Comment se calcule l'EBITDA ?

Le calcul de l’EBITDA s’effectue généralement tous les ans lors de la clôture de l’exercice comptable. Il est toutefois souvent actualisé de manière récurrente par le contrôle de gestion pour les besoins internes de l’entreprise.

Il peut se faire de 2 manières différentes :

  • A partir du chiffre d’affaires (CA) :
EBITDA = CA hors taxes – achats et charges externes – charges du personnel – autres charges
  • A partir du résultat net :
EBITDA = Résultat net + charges d’intérêts + charges d’impôts + dotations aux amortissements et provisions

Cependant, les formules ne sont pas figées et peuvent évoluer entre les entreprises et selon les années. Les formules présentées précédemment sont celles qu’on utilise le plus souvent et qui mènent au même résultat.

Voici un exemple concret du calcul de l’EBITDA ( à partir du chiffre d’affaires) :

  • Chiffre d’affaires : 2 500 000 €
  • Achats : 600 000 €
  • Charges externes : 75 000 €
  • Charges de personnel : 20 000 €
  • Autres charges : 15 000 €
EBITDA = 2 500 000 – 600 000 – 75 000 – 20 000 – 15 000 = 1 790 000 €

Comment interpréter l'EBITDA ?

L’EBITDA d’entreprise peut être positif ou négatif.

Avec un EBITDA positif, l’entreprise est donc rentable grâce à l’activité de production. Néanmoins, il n’est pas évident de déterminer ce qui est un bon niveau d’EBITDA. Cela peut en effet dépendre de plusieurs facteurs, notamment la taille de l’organisation comme de son secteur. Pour avoir un meilleur aperçu, il est intéressant de faire une comparaison avec les autres entreprises de même taille et dans le même secteur d’activité.

Avec un EBITDA négatif, l’activité de production n’est donc pas rentable pour l’entreprise. Cette situation peut générer un risque de liquidation à terme.

Pour optimiser l’EBITDA, l’entreprise peut avoir recours à diverses méthodes :

  • Augmentation du CA hors taxes
  • Réduction et optimisation des charges, notamment des achats et charges externes
  • Diminution des charges de personnel

Quelle est la différence entre l'EBE et l'EBITDA ?

L’EBITDA est un indicateur qui équivaut approximativement à l’EBE (Excédent Brut d’Exploitation) français.

A lire aussi : Tout savoir sur l’excédent de trésorerie d’exploitation

Par définition, l’EBE est un solde intermédiaire de gestion, utile dans le suivi comptable français. L’objectif étant de définir le niveau de richesse produit par l’entreprise (grâce au cycle d’exploitation) durant une période donnée.

Avec l’EBE, l’entreprise peut opposer son CA hors taxes et les frais qu’elle a engagés pour proposer ses services et ses biens.

Malgré les similitudes avec l’EBITDA, il existe certaines nuances à cause de certaines différences de calculs tels que :

  • La participation des salariés : hors de l’EBE et déduite de l’EBITDA
  • Les produits et charges exceptionnels : intégrés dans l’EBITDA et pas dans l’EBE
  • Les provisions d’exploitation (dotations et reprises de provisions sur stocks et créances clients) : intégrés dans l’EBE et pas dans l’EBITDA.

Pourquoi l'EBITDA est si important ?

L’EBITDA est un indicateur important car il évalue avec précision la qualité d’exploitation d’une organisation. D’ailleurs, il est très apprécié des dirigeants puisqu’il permet d’analyser la situation de leurs entreprises dans le secteur d’activité.

Il est également indispensable parce qu’il permet de mesurer la rentabilité du cycle d’exploitation en ne tenant pas compte :

  • Des conditions de financement
  • De la politique d’investissement
  • Des contraintes fiscales

Il permet d’obtenir des informations importantes sur les flux de trésorerie afin d’améliorer la gestion des charges d’exploitation. C’est aussi un outil privilégié pour définir le prix de cession lors d’une cession d’entreprise.

Pour les investisseurs, l’EBITDA permet d’optimiser le choix d’investissement. En effet, l’indicateur offre un aperçu du positionnement de l’entreprise au niveau de son secteur d’activité. C’est l’outil adéquat pour avoir une comparabilité optimale entre différentes entreprises car il est évalué avant les amortissements et les provisions.

Quelle est la relation entre l'EBIT et l'EBITDA ?

Dans la majeure partie des cas, l’EBIT et l’EBITDA servent à comparer les performances financières des entreprises dans un même secteur d’activité. Ils offrent notamment la possibilité d’évaluer la valorisation de ces entreprises. Une méthode consiste à multiplier l’EBIT ou l’EBITDA de l’entreprise par un coefficient (entre 1 à 6), puis à l'additionner à la trésorerie nette.

Cependant, étant donné que les formules peuvent évoluer, toutes les entreprises peuvent faire le choix de conserver ou non certains éléments pour réaliser le calcul. Certaines charges ou crédits d’impôt peuvent être par exemple intégrées ou pas dans le calcul, d’où l’intérêt de toujours réaliser une vérification des formules de calcul de ces deux éléments avant de comparer des entreprises.

Lorsqu’ils comparent des entreprises, les investisseurs privilégient l’EBITDA pour comparer des données similaires.

Comment savoir si l’entreprise est rentable ou pas ?

L’entreprise est rentable si l’EBITDA est supérieur à zéro. Cela démontre effectivement que le cycle d’exploitation crée de la valeur. En effet, un EBITDA positif assure que l’entreprise est viable et que le processus de production permet à l’entreprise de s’enrichir.

En revanche, si l’entreprise présente un EBITDA négatif, l’entreprise n’est pas profitable. De manière générale, celle-ci est en difficulté et produit à perte.

Il faut savoir que l’EBITDA permet d’avoir un aperçu assez précis de la santé financière de l’entreprise. Il permet également d’avoir une idée de la capacité de cette dernière à produire de la richesse. Pour savoir si l’entreprise est donc rentable ou pas, il est nécessaire d’analyser l’EBITDA.

A lire aussi : Le guide complet du cash management

Quel est le bon taux de rentabilité pour une entreprise ?

Le taux de rentabilité est un ratio financier (en pourcentage) qui évalue l’effet des ressources investies par l’entreprise sur ses profits. Il sert à évaluer les performances d’un investissement ou des activités de l’organisation.

Le taux de rentabilité peut concerner deux types de rentabilité :

  • Taux de rentabilité financière (ROE) : évalue la capacité d’une entreprise à générer des bénéfices
  • Taux de rentabilité économique (ROCE) : évalue le rapport entre le résultat et les capitaux investis pour la production.

Le taux de rentabilité peut varier selon différents facteurs : secteur, modèle économique, maturité de l’entreprise… Toutefois, un bon taux de 15% pour le ROE et 10% pour le ROCE. Néanmoins, cela dépend encore une fois du secteur d’activité et de la taille de l’entreprise.

En conclusion, l’EBITDA est un critère important pour mesurer la rentabilité d’une entreprise. Cependant, dans le cadre du calcul de cet indicateur, il est nécessaire de considérer prendre en compte toutes ses variables et le contexte de l’entreprise. Que ce soit pour les dirigeants ou pour les investisseurs, cet indicateur est un outil à utiliser pour avoir un meilleur aperçu de la situation de leur organisation.

Pour maîtriser vos besoins de trésorerie et éviter tout frein majeur dans le développement de votre entreprise, il existe une solution performante : vous équiper d’un logiciel de gestion de trésorerie.

Testez-le gratuitement !