Qu’est-ce que le quick ratio (ou ratio rapide) ?

Temps de lecture: 6 min

La liquidité permet de mesurer la capacité d’une entreprise à faire face à ses dettes de court terme. L’analyse de certains ratios permet d’avoir un aperçu de cette liquidité. Généralement, il y a le ratio de liquidité générale, de liquidité restreinte et de liquidité immédiate.

Dans cet article, nous allons voir tout ce qu’il faut savoir sur le ratio de liquidité immédiate, ou quick ratio.

Qu’est-ce que le quick ratio ?

Appelé aussi acid test ratio, le quick ratio est un moyen utilisé pour évaluer la liquidité à court terme d’une entreprise. On détermine ce ratio en divisant les actifs de court terme (à l’exception des stocks) par le passif de court terme d’une entreprise.

L’objectif du quick ratio est d’évaluer le potentiel ou la faiblesse des liquidités de cette dernière. Cet indicateur permet ainsi d’évaluer la capacité de la société à faire face à ses obligations de court terme.

On soustrait généralement les stocks du calcul du quick ratio car ils sont rarement convertibles en liquidité rapidement.

De quoi est composé le ratio actuel ?

Actifs courants

Liquidités et équivalents de liquidités

Par définition, les liquidités constituent l’ensemble des montants disponibles immédiatement. Elles représentent alors la somme totale disponible, sous toutes les formes :

  • Pièces
  • Billets
  • Actifs bancaires (capital disponible dans les comptes en banque)
  • Actifs financiers (titres, obligations boursières…).

On parle ainsi de disponibilités lorsqu’il s’agit d’actifs utilisables pour régler les différents frais (prévus ou imprévus). Dans l’univers comptable, il s’agit des sommes d’argent présentes dans les caisses et au sein de la banque.

On peut ainsi parler d’actif liquide, de liquide, d’espèces ou de monnaie fiduciaire puisqu’il s’agit des pièces et des billets totaux disponibles pour l’entreprise.

Titres négociables

Les titres négociables représentent les titres éligibles à la négociation au sein d’un marché. Pour que les actifs négociables soient affiliés en garantie des processus de politique monétaire et en garantie intra-journalière des opérations de paiement, ils doivent répondre à différents critères.

Ces critères sont déterminés selon la Décision du gouverneur n° 2015-01 comme modifiée pour les titres éligibles dans le contexte permanent du collatéral de l’Eurosystème. En ce qui concerne ces critères, on peut notamment citer la qualité de signature de l’émetteur du titre négociable.

La liste des titres négociables admis aux opérations de refinancement de l’Eurosystème est affichée quotidiennement par la BCE.

À lire aussi : Tout savoir sur le Negotiable European Commercial Paper ou titres négociables à court et moyen terme

Comptes à recevoir

Les comptes à recevoir sont des notes d’honoraires ou factures transmises et transmises aux clients et dont le paiement n’a pas encore été effectué. Dans ce cas, le compte est connu précisément avant la clôture de l’exercice comptable mais dont la pièce comptable correspondante n’a pas encore été réglée.

Les comptes à recevoir doivent être rattachés à l’exercice en cours. Afin d’enregistrer ces comptes, il est nécessaire de considérer des documents tels que les bons de livraison. Lors de la fin d’exercice, l’entreprise doit enregistrer les comptes à recevoir.

Dépenses payées d’avance

Les dépenses payées d’avance représentent les charges que vous n’avez pas encore réglées et qui sont en fin d’exercice.

En ce qui concerne ces charges constatées d’avance, on peut notamment citer : les abonnements, assurances, contrats de maintenance, loyers à terme, etc.

Les dépenses payées d’avance font partie des données de l’actif du bilan. Elles réduisent aussi le reste des charges du compte de résultat pour rehausser le rendement comptable.

Cependant, selon le principe d’indépendance des exercices comptables, l’entreprise doit dissocier l’enregistrement des charges qui ont déjà été consommées, des charges qui seront consommées ultérieurement.

Téléchargez gratuitement votre template de bilan fonctionnel : CTA-blog-bilan-fonctionnel

Inventaire

De manière générale, on peut définir l’inventaire comme étant un moyen d’évaluer avec précision ce qui appartient à l’entreprise. Un document d’inventaire doit être constitué de chaque poste, soldes de compte et aussi des dettes.

Il s’agit donc d’inclure chaque actif matériel à l’inventaire et d’établir un état des actifs immatériels et des dettes. L’inventaire affiche ainsi la base du bilan financier annuel de l’entreprise. Dans ce processus, il est nécessaire de mentionner les valeurs de chaque article et pas seulement le type et la quantité. En faisant le total de chaque poste, il est possible d’obtenir la valeur générale de l’entreprise.

Passifs courants

Dettes à court terme

Une dette à court terme représente le montant emprunté durant une durée déterminée, qui dans ce cas-ci est inférieure à un an. Les entreprises, particuliers ou même l’Etat peuvent bénéficier de ce type d’emprunt auprès d’un établissement financier quelconque.

Dans le cadre d’une activité d’entreprise, avoir recours à une dette à court terme offre la possibilité d’un financement de trésorerie à court terme. Cela peut par exemple concerner le règlement de facture d’un fournisseur.

En ce qui concerne l’Etat, ce type de prêt correspond à un emprunt d’Etat comme les Bons du Trésor à taux fixe.

Comptes à payer

Un compte ou charge à payer représente un passif où le montant ou l’échéance doit être évalué avec le d’incertitude qu’une provision. Ce type de charge est donc un intermédiaire entre les dettes et les provisions.

Les comptes à payer doivent être évalués lors des inventaires, durant l’établissement du bilan comptable. Les pièces qui justifient ces comptes doivent être intégrées au niveau du dossier de travail comptable annuel.

Il est important de noter que les comptes à payer doivent être comptabilisés lors de la clôture de l’exercice comptable.

Charges à payer et autres dettes

Dans le domaine comptable, les autres dettes représentent les dettes sociales et fiscales. Il s’agit des dettes telles que dues aux fournisseurs d’immobilisation, aux clients (du fait d’avoirs, de rabais, remises et ristournes) et d’autres dettes diverses. Les autres dettes ne sont donc ni des dettes financières ni des dettes fournisseurs stricto sensu.

Ce type de dettes ne considère pas les dettes dues aux institutions de crédit. Il peut s’agir ainsi de dettes contractées aux organismes sociaux pour financer des cotisations encore impayées. Généralement, les autres dettes sont des dettes à court terme, sauf indication contraire.

À lire aussi : Retrouvez tous nos conseils sur la gestion des dépenses et des revenus

De quoi est composé le ratio rapide ou quick ratio ?

Le ratio rapide permet d’indiquer l’état de liquidité à court terme de l’entreprise. Il permet également d’évaluer la capacité de l’entreprise à payer ses obligations à court terme avec ses actifs liquides. Il est considéré comme un moyen plus prudent que le ratio actuel, ce dernier intégrant tous les actifs courants en tant que couverture des passifs courants.

Le ratio rapide est composé des actifs courants ou actifs liquides (liquidités, Actifs négociables, comptes à recevoir) convertibles en trésorerie et des actifs courants (dettes à court terme, charge à payer, autres dettes…).

Calculer le ratio rapide (quick ratio)

Le ratio rapide ou Quick ratio est calculé en considérant tous les actifs (current assets) qui peuvent être convertis rapidement en liquidité. Ceux-ci sont divisés par les passifs de court terme exigibles (current liabilities). Le calcul du ratio exclut spécifiquement les stocks.

Même s’il n’existe pas de norme stricte pour établir ce ratio, ce dernier est généralement calculé grâce à la formule suivante :

Quick ratio : Liquidités ÷ dettes à court terme.

Interprétation et utilisation du ratio rapide (Quick ratio)

Si le résultat du ratio est inférieur à 1, cela signifie que les montants d’argent dus ou dettes sont plus importants que les actifs à court terme les plus liquides de l’entreprise. Ainsi, l’entreprise n’est pas en capacité de faire face à ses créances de court terme. C’est généralement un mauvais signe.

Inversement, si le résultat de ratio est supérieur à 1, cela signifie que l’entreprise dispose d’actifs nécessaires pour rembourser ses dettes dues à court terme (inférieure à un an). C’est plutôt un bon signe.

Pour maîtriser vos besoins de trésorerie et éviter tout frein majeur dans le développement de votre entreprise, il existe une solution performante : vous équiper d’un logiciel de gestion de trésorerie.

Testez-le gratuitement !

FR - CTA blog


S'inscrire à notre newsletter

Vous aimerez aussi