Tout savoir sur le compte courant rémunéré

Temps de lecture: 9 min
Banque

Faire fructifier son épargne : en toute logique, n’importe quel particulier désire réaliser des gains à partir des liquidités qu’il dispose. Les possibilités d’investissement sont multiples, mais contiennent parfois des risques importants. Afin d’attirer de nouveaux clients, quelques banques françaises ont mis en place un produit financier, lié directement au compte bancaire : le compte courant rémunéré. Une pratique historiquement rare, avec des taux proposés très bas, pouvant néanmoins intéresser certains particuliers pour qui « il ne faut jamais laisser de l’argent dormant ». Comment fonctionne un compte courant rémunéré ? Pourquoi est-il si peu mis en avant ? Quelle fiscalité s’applique ? Représente-t-il une bonne alternative aux investissements plus traditionnels ? Réponse dans cet article.

Qu’est-ce qu’un compte courant rémunéré ?

Rare et très peu utilisé en France, le compte courant rémunéré consiste à récompenser un client pour les liquidités qu'il dépose et conserve sur un compte courant. Autrement dit, un compte courant rémunéré doit permettre à son titulaire (généralement un particulier) de percevoir des intérêts fiscalisés si le solde du compte est créditeur. Cette formule s’adresse à toute personne souhaitant disposer d’un fonds de roulement permanent, pour faire face à un imprévu par exemple.

A l’inverse d’un compte courant classique, qui ne génère en principe aucune rémunération, les dépôts de liquidités d’un client sont rémunérés s’ils sont placés sur ce compte spécifique. Mais contrairement aux livrets d’épargne type Livret A, les intérêts ne sont pas calculés par quinzaine mais au jour le jour, selon un taux librement fixé par chaque banque.

En pratique, l’ouverture d’un compte courant rémunéré fonctionne de la même manière que pour celle d’un compte de dépôt classique. Ces règles de gestion sont inscrites dans une convention signée par vous et votre banque. Vous devrez alors vous munir d’un justificatif d’identité, de domicile, de revenus, etc.

La plupart des banques en sont restées au compromis historique en France : pas de rémunération du compte courant, en contrepartie de la gratuité d'utilisation des chèques.

Connaissez-vous tous les tenants et aboutissants de la gestion de trésorerie ? Besoin d’une remise à niveau ? Découvrez Cash Academy, une formation 100 % gratuite ! CTA blog  1

Quels intérêts et désavantages au compte courant rémunéré ?

L’avantage principal de souscrire un compte courant rémunéré repose sur la facilité d’exécution des mêmes opérations financières de la vie quotidienne qu’à partir d’un compte classique, en intégrant néanmoins un bonus financier généré automatiquement.

Second avantage : la garantie des dépôts à concurrence de 100.000 euros par le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution (FGDR). Les fonds restent ainsi liquides et disponibles à 100 % par le client, libre de s’en servir comme bon lui semble.

En réalité, le compte courant rémunéré n’intéresse qu’une minorité de personnes, pour deux principales raisons :

  • Une offre disponible limitée : à ce jour, seules 2 enseignes, Macif et Groupama, proposent à leurs clients un service de rémunération du compte courant (sans afficher leur taux de rémunération cependant).
  • Des taux peu rémunérateurs : ces dernières années, les taux rémunérateurs ont largement baissé. Aujourd’hui, ils se situent entre 0,10 et 0,25 % dans le meilleur des cas.

Fiscalité des comptes courants rémunérés

Plus symbolique que rémunératrice (située en deçà du coût de l’inflation), la potentielle rentabilité d’un placement dans un compte courant rémunéré s’en retrouve encore davantage limitée puisqu’elle est soumise aux cotisations sociales et fiscales en vigueur.

Depuis 2013, les revenus tirés des livrets d’épargne non réglementés et des comptes courants rémunérés sont intégrés de plein droit au revenu imposable, et taxés selon votre taux marginal d’imposition. La législation a par ailleurs évolué au 1er janvier 2018, date à laquelle les intérêts se retrouvent soumis au Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) au taux de 30 % :

  • 12,8 % d’impôt sur le revenu ;
  • 17,2 % de prélèvements sociaux.

Un particulier peut choisir l’une des deux options fiscales suivantes :

  • le prélèvement forfaitaire obligatoire ;
  • l’intégration des intérêts perçus directement au sein de votre revenu imposable

Le contribuable peut opter par la suite soit pour la taxation au barème progressif de l’impôt sur le revenu (accessible lors de la déclaration annuelle des revenus) ou sur l’impôt sur le revenu (IR) si cette option est plus favorable pour lui.

Les restrictions des conditions d’application

Contrairement à l'usage dans d'autres pays, en France, les banques rémunèrent rarement les dépôts présents sur les comptes courants de leurs clients.

En effet, la pratique du compte courant rémunéré fut interdite jusqu’en 2005 par la réglementation bancaire (rendue légale par la Cour de justice de l'Union européenne). Pour s’en expliquer, l’instance européenne a clamé le devoir de réciprocité. Ainsi, puisqu’un client est redevable d’agios en cas de découvert bancaire, sa banque devrait pouvoir lui verser une rémunération contre les sommes versées sur son compte.

Ceci étant, les rares banques qui proposent un taux rémunérateur pour un compte courant sont libres de fixer les conditions. Bien souvent, il est nécessaire d’atteindre un plancher de dépôt (1.000 ou 2.000 euros) ou conserver un solde moyen créditeur pour déclencher la rémunération. Une somme plafond est également fixée, située entre 5.000 et 10.000 euros, au-delà duquel l’argent à l’actif du compte ne produit plus d’intérêt.

Aucune banque n’offre de fait l’ouverture d’un compte courant rémunérateur à un particulier. Celui-ci ne peut être souscrit que dans le cadre d’un pack plus large de services, contre un abonnement généralement. Gardez en tête que la création d’un compte de ce type peut engendrer des frais de gestion supplémentaires, réduisant encore davantage la rentabilité de ce produit financier. Le compte courant rémunéré n’est donc conseillé qu’aux particuliers disposant d’un solde largement positif. Plus le compte courant dispose d’un solde élevé, et plus les perspectives de rémunération apparaissent importantes.

Le compte courant rémunéré, un gain assuré mais qui reste assez faible

Il est de coutume d’affirmer que, dans un montage financier, les gains potentiels sont proportionnels au niveau de risques encourus : le compte courant rémunéré fait figure de parfait exemple. Ainsi, aussi sûr soit-il, ce placement demeure l’un des moins profitables du marché. En effet, les rémunérations brutes affichées ne dépassent jamais les 0,25 %, à savoir un taux d’intérêts bien inférieur à ceux d’un livret bancaire par exemple.

Le calcul des intérêts d’un compte courant rémunéré se réalise au jour le jour, correspondant à 1/365ème du taux d'intérêt annuel. Cette règle s’oppose en cela à celle applicable à la plupart des livrets d’épargne traditionnels, dont les intérêts sont calculés par quinzaines.

Les intérêts accumulés sont versés sur le compte généralement tous les mois ou chaque trimestre, directement sur le compte courant en question.

À lire aussi : Prêt inter entreprise en 2021 : le guide complet

Les autres placements pour excédents de trésorerie possibles

Comme mentionné, les gains potentiels escomptés à partir d’un compte courant rémunéré restent relativement limités, quelques euros par trimestre tout au mieux. Or, la majorité des banques proposent des solutions alternatives plus rémunératrices, à l’instar des différents livrets (livret A, livret de développement durable, plan épargne logement, etc.).

Si vous souhaitez faire fructifier votre épargne, il existe de nombreux produits financiers dans lesquels investir. Voici quelques idées :

  • Les dépôts bancaires : on les retrouve principalement sous la forme d’un compte à terme (CAT). Il s’agit d’un dépôt bancaire vous permettant de placer vos liquidités dans une banque à un taux et une maturité maximales définis à l’avance. Ces fonds restent cependant liquides et à capital garanti à tout moment.

  • Les contrats de capitalisation : il représente un contrat d’assurance (qui se rapproche du contrat d’assurance-vie) permettant à des entreprises, des associations et des institutionnels d’investir sur l’actif général de l’assureur, le fonds euros, ou sur des supports diversifiés que l’on appelle « unités de compte ».

  • Les produits immobiliers : sans doute le choix le plus classique pour un particulier, les investissements dans des placements immobiliers offrent un accès à des revenus réguliers relativement sûrs et sécurisés, via les rendements locatifs notamment. Ces solutions permettent d’investir de façon diversifiée selon les types de biens / marché (bureau, santé, logement, entrepôt, commerces, …).

  • Les produits structurés : ces produits financiers sont émis uniquement par des institutions financières afin de répondre à des besoins très précis pour certains investisseurs. Il existe des produits avec des rendements importants mais relativement exposés aux marchés financiers ou d’autres, davantage sécurisés, disposant de coupons réguliers et encadrés.

Libre à chacun de décider la ou les options qui apparaissent comme la plus intéressante, selon l’éternel ratio risques encourus / gains potentiels.

Pour maîtriser vos besoins de trésorerie et éviter tout frein majeur dans le développement de votre entreprise, il existe une solution performante : vous équiper d’un logiciel de gestion de trésorerie.

Faites le test gratuitement !

CTA Blog Agicap

S'inscrire à notre newsletter

Vous aimerez aussi