Étape 5 - Financer sa trésorerie

Comment s'y retrouver entre les différentes solutions de financement de trésorerie à court et moyen terme ? Nos experts partagent avec vous les meilleures astuces pour trouver les solutions les plus adaptées.

Header Cash Academy étape 5

Bienvenue dans Cash Academy ! Si vous êtes ici, c'est que vous avez conscience de l'importance de la trésorerie, que vous êtes en charge de sa gestion dans votre entreprise et que vous souhaitez améliorer vos compétences.

Vos ressources pour cette étape : Cash Academy étape 5 -ressources

Financer sa trésorerie


Il est probable que votre entreprise se trouve un jour en situation de besoin de trésorerie. On a vu dans la session précédente comment identifier les causes des problèmes de trésorerie ; on va maintenant se pencher sur les solutions pour financer ces éventuels trous de trésorerie.

Dans cette session de formation, on vous propose un panorama des solutions de financements non dilutifs qui s'offrent à vous :

  • Les financements bancaires à court et moyen terme, comme la facilité de caisse, le découvert, le crédit de campagne, la cession Dailly, l'affacturage...
  • Les dispositifs publics qui proposent des subvention ou des prêts, comme BpiFrance ou les initiatives régionales,
  • Les dispositifs fiscaux qui peuvent vous permettre d’optimiser votre trésorerie : CII/CIR/métiers d’arts/mécénat, etc.

Les financements bancaires à court terme


La banque peut vous proposer un panel de solutions pour financer vos besoins en trésorerie à court terme.

Le choix va dépendre du contexte : si le besoin est conjoncturel, vous allez plutôt vous tourner vers une facilité de caisse ou un billet de trésorerie. Si le besoin est structurel, mieux vaut opter pour un découvert ou la mobilisation de créance.

Facilité de caisse

La facilité de caisse est une autorisation de la banque de présenter un compte débiteur dans un laps de temps limité (généralement 15 jours par mois). L’avantage, c’est que c’est flexible et rapide à mettre en place.

Par contre, c’est une solution ponctuelle, et le coût est potentiellement élevé. A n’utiliser donc qu’en cas de sujet non récurrent (par exemple si vous avez un paiement client en retard).

Crédit de campagne

Le crédit de campagne est une avance de trésorerie sur une durée définie, pour financer un objet défini, relativement récurrent sur des périodes précies. Par exemple, si vous êtes une entreprise agricole, il vous permet de financer votre Besoin en Fonds de Roulement (BFR) avant la vente de la récolte.

C’est un dispositif moins coûteux qu’un découvert, et qui peut durer de plusieurs semaines à plusieurs mois.

Découvert

Le découvert, c’est l’autorisation par la banque de présenter un compte débiteur, comme la facilité de caisse mais sans limitation de durée. Si votre activité est saisonnière ou si votre BFR est élevé, c’est une option facile à mettre en place, très souple, et adaptée aux cycles d’exploitation longs ou récurrents.

C’est en revanche une solution coûteuse, avec des agios, des frais de dossier tous les ans lors du renouvellement de l’autorisation, et des commissions.

C’est souvent la première solution à laquelle pensent les entreprises, mais c’est loin d’être la seule ! Attention donc à ne l’utiliser que si elle correspond vraiment à vos besoins.

Mobilisation de créances

Il existe plusieurs formes de mobilisation de créances :

  • escompte,
  • Cession Dailly,
  • affacturage,
  • etc.

Le principe, c’est d’obtenir de la banque une avance de trésorerie sur la base d’une facture émise. Vous ne subissez plus les délais de paiement client trop longs, et c’est le moyen de déléguer certains risques (assurance du poste client, relance, etc.).

Par exemple, si vous êtes une entreprise du BTP qui travaille sur un projet long terme, vous pouvez recourir aux cessions Dailly sur les situations intermédiaires. Ou si vous êtes une société émettant une multitude de factures auprès de grandes enseignes, vous pouvez recourir à l’affacturage qui va gérer la relance et l’assurance du poste client dans son ensemble.

Découvrez le comparatif des financements bancaires courts termes

Cash Academy étape 5 Romain Brun

Romain Brun est partner chez III Financements, entreprise de conseil en levée de fonds non dilutifs. Il accompagne au quotidien les entreprises en recherche de financement. Voici sa sélection (non exhaustive) de dispositifs bancaires auxquels vous pouvez recourir.

Les financements privés moyen terme


Prêt classique

Vous connaissez le prêt : il correspond à une avance de trésorerie par la banque à son client qui remboursera sur une durée de 3 à 15 ans.

Le prêt peut répondre à un besoin :

  • structurel (renouvellement régulier de matériel),
  • exceptionnel (plan d’investissement, acquisition immobilière, etc.),
  • voire dans certains cas conjoncturel (par exemple, un PGE lié au Covid).

L’avantage, c’est que le prêt porte sur des objets de financement diversifié, avec un montant potentiellement très élevé, et un contrat sur mesure possible. Mais le processus d’obtention est long et assez lourd.

Crédit-bail

Le crédit-bail est une forme de location consistant à faire supporter l’achat d’un actif à la banque ou au "leaser", qui le loue ensuite à son client. Ce dernier bénéficie d’une option d’achat au terme du contrat (ce qui le différencie de la location financière).

C’est un dispositif intéressant pour les actifs dont la valeur diminue rapidement. Il présente également un intérêt du point de vue comptable (parce que pas de dette moyen terme au bilan) et fiscal (on peut déduire les loyers).

Lease-back

Le lease back, ou cession bail, consiste à vendre à la banque un actif déjà acquis par la société.

Ça peut être intéressant pour obtenir une somme importante, par exemple dans le cas du refinancement d’un actif immobilier, tout en bénéficiant d’un avantage fiscal.

Prêt d’honneur

Le prêt d’honneur consiste en un prêt par une association de type France Initiative ou Réseau Entreprendre, sans intérêts ni garanties.

Il est accordé à la personne physique (l’entrepreneur) qui reprend ou crée une entreprise, et qui l’apporte ensuite en compte courant d’associé au sein de l’entreprise.

Les dispositifs publics


En plus des banques classiques, il y a toute une gamme d'enveloppes spécifiques délivrées par Bpifrance, notamment pour les sociétés innovantes, qui bénéficient également de prêts dédiés à leurs développements techniques ou commerciaux. Ces dispositifs couvrent ainsi toutes les phases de vie de l’entreprise, avec des montants de 30 000 à 5 millions d’euros.

D'une manière générale, les financements octroyés par Bpifrance sont adossés à une co-intervention d'un autre financeur (la banque) ou à un apport de l'actionnaire. Le montant maximal est limité au montant des fonds propres, et la structure du prêt est très avantageuse avec généralement 2 années de différé avant 5 années de remboursement.

Pour les sociétés exportatrices, l’Assurance Prospection vous permet de bénéficier d’une avance de fonds sur votre programme de dépenses à l’étranger, remboursable avec un différé ou transformable en subvention selon le succès commercial.

Vous pouvez aussi vous rapprocher des collectivités territoriales et organismes publics qui proposent parfois des programmes de subventions, comme par exemple le Plan de Relance, le dispositif TP’Up/PM’Up de la Région Île de France, ou l’Ademe qui émet régulièrement des appels à projets sur diverses thématiques.

Pensez aussi à vérifier votre éligibilité aux différents crédits d’impôt existants (CII/CIR/métiers d’arts/mécénat, etc.).

Découvrez le guide des subventions et financements publics

Cash Academy étape 5 - Corentin Deseine iii financements

Corentin Deseine est Coordinateur Senior Finance chez iii Financements, entreprise de conseil en levée de fonds non dilutifs. Il accompagne au quotidien les entreprises en recherche de financement. Voici sa sélection (non exhaustive) de dispositifs publics auxquels vous pouvez recourir pour financer vos projets.

Pour aller plus loin : 5 modes de financement innovants à connaître en 2021

Les banques ne sont plus le seul recours en termes de financement pour les PME. Crise oblige, les établissements de crédit sont devenus plus frileux quant aux risques engagés et passent désormais au crible les projets dans lesquels ils investissent. Par ailleurs, en conséquence logique du nombre croissant de startups, les modes de financement se sont multipliés.

Crowdfunding, financement participatif, lease back ou encore affacturage automatique, les alternatives au prêt bancaire ont émergé.

Dans cet article, découvrez 5 modes de financement innovants, à mettre en place dès aujourd'hui !



Maîtrisez-vous les différents modes de financement de votre trésorerie ?


Gagnez en temps et en efficacité en automatisant votre gestion de trésorerie.