Le grand guide de la gestion financière

Temps de lecture: 13 min

La gestion financière est essentielle au bon fonctionnement d’une entreprise. Elle permet d’en assurer le développement et la pérennité. Concrètement, elle consiste à analyser les finances de la structure afin de permettre aux dirigeants de prendre les bonnes décisions. Le niveau d’analyse à mettre en place varie évidemment selon la taille et le statut de la structure. Mais les problématiques diffèrent également selon les secteurs d’activité.

Pour analyser leurs finances, les gestionnaires peuvent s’appuyer sur des logiciels de gestion et outils en ligne, ou recourir aux services de professionnels spécialisés dans le domaine. Pour vous aider à faire le point sur ce vaste sujet, vous trouverez dans ce dossier tout ce qu’il faut savoir sur les missions et les spécificités de la gestion des finances en entreprise.

La gestion financière : définition

Comme son nom l’indique, la gestion financière s’intéresse aux finances de l’entreprise. Elle regroupe l’ensemble des activités visant à contrôler, planifier et optimiser l’utilisation des liquidités (argent) et avoirs (biens) au sein de la structure.

Il s’agit :

  • d’une part, d’assurer la sécurité de l’entreprise, c'est-à-dire sa solvabilité, mais aussi sa flexibilité, en fournissant les fonds nécessaires à l’exploitation courante et à l’acquisition d’équipements, tout en tenant compte des aléas auxquels l’organisation peut être confrontée ;
  • d’autre part, de garantir la rentabilité de l’entreprise et l’optimisation de ses ressources à moyen et long terme.

De fait, la gestion financière est indispensable au pilotage de l'entreprise. Elle permet de fournir aux dirigeants de l'entreprise des éléments financiers destinés à faciliter la prise de décision. À terme, la gestion financière peut également servir à réviser les objectifs stratégiques de l'entreprise, après confrontation entre les prévisions et les réalisations.

La gestion financière revêt donc deux dimensions :

  • l’analyse financière portant sur la lecture des documents comptables et financiers ;
  • la prévision stratégique établie à court, moyen et long terme.

Connaissez-vous tous les tenants et aboutissants de la gestion de trésorerie ? Besoin d’une remise à niveau en gestion de trésorerie ? Découvrez Cash Academy, une formation 100 % gratuite ! CTA blog  1

Les différents volets de la gestion financière

De la gestion des dépenses au contrôle financier, la gestion financière d’une entreprise est un vaste sujet. Elle couvre de nombreux aspects liés aux finances de l’entreprise, qu’elles soient issues de ses activités ou qu’elles viennent de l’extérieur (emprunt bancaire, aide financière, recours à la dette…). La maîtrise du risque client et la relation fournisseur font également partie des éléments à prendre en compte pour avoir une bonne gestion financière dans l’entreprise.

Gestion des dépenses et du budget

La gestion financière d’une entreprise nécessite d’abord un suivi des dépenses visant à vérifier que les fonds disponibles sont utilisés efficacement. Pour ce faire, les gestionnaires s’appuient généralement sur deux documents comptables :

  • le compte de résultat, dans lequel sont enregistrées toutes les charges (les dépenses) et les produits de l’entreprise (ses revenus d’activité) ;
  • le bilan, qui établit la liste des actifs et passifs de l’entreprise et intègre les flux de trésorerie entrants et sortants.

La gestion des dépenses s’effectue au regard d’un budget prévisionnel mentionnant les charges prévisibles et les recettes attendues sur l’exercice à venir. En cours d’année et en fin de période, l’analyse du compte de résultat et du bilan permet, si besoin, de revoir la stratégie de l’entreprise en fonction des résultats obtenus.

Gestion financière et financement de l’entreprise

Au démarrage de l’activité ou en phase de croissance, le besoin pour l’entreprise de recourir à des financements extérieurs peut s’imposer. Pour obtenir un prêt bancaire ou faire appel à des investisseurs, il est alors nécessaire d’établir un plan de financement et un budget prévisionnel, généralement sur 3 ans. Cette feuille de route sert à convaincre vos partenaires d’investir dans le projet.

Après obtention du financement, vous devez avoir une gestion financière rigoureuse afin de pouvoir rembourser votre dette à échéance, quelle qu’en soit la nature. Dans certains cas, les investisseurs peuvent exiger en contrepartie de leur participation financière un droit de regard ou un pouvoir de décision sur les actions de l’entreprise.

Finances de l’entreprise et fiscalité

En matière de gestion des entreprises, fiscalité et finances sont étroitement liées. Selon le statut juridique et le régime fiscal de la structure, les bénéfices issus d’une activité professionnelle sont imposés :

  • soit au titre des impôts sur le revenu appliqués aux entreprises individuelles de type micro-entreprise, Entreprise Individuelle (EI) ou Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) ;
  • soit au titre des impôts sur les sociétés pour les Sociétés Anonymes (SA), Sociétés à Responsabilité Limitée (SARL) ou Société par Actions Simplifiées (SAS).

À cette imposition des bénéfices s’ajoute le règlement de plusieurs contributions et impôts professionnels :

  • la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) appliquée dans la majorité des entreprises, à l’exception des micro-entreprises dont les revenus sont inférieurs à certains montants ;
  • les Contributions Économiques Territoriales (CET) versées aux collectivités locales comme la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) et la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE) ;
  • la taxe sur les salaires ;
  • la Participation des Employeurs à l’Effort de Construction (PEEC).

Certaines de ces taxes nécessitent la réalisation de démarches, comme la TVA qui fait l’objet d’une déclaration mensuelle ou trimestrielle. Ce qui demande un suivi régulier de la facturation et des encaissements. Ces impôts mis en recouvrement à différentes périodes de l’année doivent donc être anticipés pour ne pas affecter la trésorerie au moment des règlements.

Pour avoir toutes les dates en tête concernant les différentes échéances fiscales,

Gestion des investissements

En entreprise, la question des investissements est primordiale pour assurer la pérennité de la structure. Les investissements peuvent être incorporels, corporels ou financiers, et réalisés dans un objectif de remplacement, de croissance ou de productivité.

Pour choisir les investissements à opérer, les dirigeants ont besoin d’indicateurs financiers qui vont leur permettre d’opter pour la solution la plus rentable et d’investir au bon moment. Il s’agit alors d’établir différents scénarios et d’actualiser les flux de trésorerie en tenant compte des financements nécessaires pour chaque investissement.

Contrôle financier

Le contrôle financier consiste à analyser les résultats réels de l’entreprise au regard des objectifs fixés. Il permet à l’entreprise de vérifier que son programme prévisionnel est bien respecté. En cas d’écart, il sert à rectifier le tir pour arriver à la situation initialement prévue.

Les objectifs du contrôle financier sont multiples. Il s’agit de :

  • vérifier que l’entreprise fonctionne correctement ;
  • détecter d’éventuelles erreurs ou dérives, et les corriger ;
  • mettre en place des mesures de prévention pour l’avenir, si nécessaire.

Il est recommandé de réaliser un contrôle financier au moins une fois par an, pour s’assurer de la bonne santé financière de l’entreprise.

À lire aussi : le contrôle financier en détails

Gestion financière dans les organisations : qui est concerné ?

Les fonctions en charge de la gestion financière dépendent avant tout de la taille de l’entreprise. N’ayant pas forcément les ressources en interne, les dirigeants des petites structures font souvent appel à des conseillers financiers externes comme l’expert-comptable. Certaines fonctions sont davantage présentes dans les grandes organisations, comme le directeur financier.

Le chef d’entreprise

En tant que responsable juridique de la structure, le chef d’entreprise doit veiller à la bonne gestion financière de son organisation pour en assurer la pérennité. Selon la taille de l’entreprise, les différentes missions relevant de la gestion financière peuvent être assurées par le chef d’entreprise, avec le concours éventuel d’un directeur financier, d’un comptable et d’un expert-comptable, voire d’un contrôleur de gestion.

Le directeur financier

Au sein d’une entreprise ou d’un établissement public, le directeur financier est spécifiquement chargé de la gestion des finances, en étroite collaboration avec le chef d’entreprise ou la direction générale.

Dans ce cadre, il a généralement pour missions :

  • d’établir les prévisions et de superviser les procédures budgétaires (règlement des dettes et emprunts, gestion de la trésorerie…) ;
  • d’analyser la situation financière de l’entreprise et de définir la stratégie à adopter en conséquence ;
  • de gérer les investissements pour le compte de l’entreprise ;
  • de monter les dossiers et représenter l’entreprise pour demander un financement ou négocier avec les banques…

Bonnes pratiques, conseils, astuces... Retrouvez 25 conseils de DAF pour mieux gérer votre trésorerie dans cet ebook gratuit : Les secrets des DAF pour mieux gérer votre trésorerie

Le comptable et l’expert-comptable

Un comptable peut travailler dans un cabinet d’expertise comptable, ou directement au sein d’une entreprise (TPE, PME ou grand compte). Selon le contexte dans lequel il évolue, ses missions peuvent être très diversifiées : de la gestion de la comptabilité à la vérification des comptes, en passant par l’établissement des feuilles de paie et les déclarations sociales, la préparation et la réalisation du bilan annuel, les déclarations fiscales

L’expert-comptable peut aussi réaliser les écritures comptables et gérer la comptabilité des entreprises. Mais il a plus souvent un rôle de conseil. Il établit en général les bilans de fin d’année, et accompagne les dirigeants dans leurs choix juridiques et fiscaux afin d’optimiser la gestion de l’entreprise.

Les investisseurs

Participant au financement de l’entreprise, les investisseurs peuvent avoir un rôle consultatif ou opérationnel dans la gestion financière d’une entreprise. Selon le mode de financement, les investisseurs peuvent être autorisés à siéger au conseil d’administration de l’entreprise et participer aux décisions financières stratégiques de l’entreprise.

Les banques

Lorsqu’ils sont sollicités par une entreprise pour une garantie financière ou un prêt, les établissements bancaires peuvent avoir un droit de regard sur la gestion financière des entreprises. Dans tous les cas, les banques demandent des cautions et garanties financières aux entreprises pour les accompagner dans leurs activités.

Les partenaires externes, prestataires et clients

Dans leur relation avec l’entreprise, les partenaires externes sont indirectement dépendants de la gestion financière de la structure. Concernant les fournisseurs, la politique de règlement et de crédit peut être définie en lien avec la gestion de la trésorerie. Quant à la relation avec les clients, elle a un impact certain sur le bon règlement des factures, et doit à ce titre être prise en compte par l’entreprise dans sa gestion financière.

Quelle gestion financière selon la taille de l’entreprise ?

Micro-entrepreneurs et très petites entreprises (TPE)

En auto-entreprise, les obligations comptables sont allégées par rapport à une TPE. Pour autant, il est important pour un micro-entrepreneur de lister ses charges afin d’avoir une meilleure visibilité sur son activité.

Doivent être pris en compte :

  • les charges fixes (énergie, loyer...) ou variables (équipements, achat de matières premières…) ;
  • les frais professionnels (déplacements, communication…) ;
  • ou encore de charges sociales et fiscales (cotisations URSSAF, impôts, CFE, CVAE…).

Si la micro-entreprise est soumise à la TVA, la taxe doit être collectée auprès des clients, puis déclarée et versée à l’administration fiscale. Dans ce cas, la TVA versée sur les dépenses peut être déduite des achats. Ce qui nécessite un suivi spécifique au niveau de la facturation et des règlements.

Dans une TPE, la gestion financière est très semblable à celle des PME. Faute de personnel dédié à cette fonction, le chef d’entreprise doit souvent assurer toutes les missions de contrôle liées à ce poste : suivi des dépenses, gestion de la trésorerie et des investissements, déclarations fiscales…

Petites et moyennes entreprises (PME)

Dans les PME, la gestion financière de la structure est souvent un défi. Le chef d’entreprise doit disposer d’une autonomie suffisante pour suivre ses dépenses et prendre les décisions adaptées à la situation. Très souvent, il bénéficie des conseils d’un comptable ou d’un expert-comptable qui l’accompagne parfois depuis la création de l’entreprise.

Grandes entreprises, franchises et sociétés internationales

Dans les grandes entreprises et les structures complexes comme les franchises et les groupes internationaux, la gestion financière nécessite l’intervention de nombreux experts de la finance. Les dirigeants prennent les décisions de façon collégiale au sein d’un conseil d’administration. Ils s’appuient alors sur les conseils et l’expertise de professionnels en charge spécifiquement des questions financières. C’est le cas en particulier avec le directeur financier qui chapeaute des équipes comptables souvent organisées par pôles : gestion de la trésorerie, facturation et TVA, gestion des investissements, recherche de financements…

Gestion financière : les spécificités sectorielles

Dans le bâtiment et les travaux publics (BTP)

L’étude de prix et la détermination du coefficient de vente des matériaux sont des éléments fondamentaux de la gestion financière dans le BTP, en particulier pour le chiffrage des devis et la facturation. Avec les fortes pénuries de matériaux et la volatilité des prix du carburant, la gestion des stocks et de la trésorerie sont également au cœur des problématiques financières dans ce secteur.

Dans la restauration

Pour couvrir les frais courants dans ce secteur à forte saisonnalité, une estimation précise des besoins en fonds de roulement est absolument nécessaire. Il est conseillé aux gestionnaires de restaurants d’effectuer régulièrement un bilan comptable pour sécuriser leurs marges afin d’éviter les déficits de trésorerie, et d’être prévoyant dans la gestion du personnel.

À lire aussi : le guide de la gestion financière dans la restauration

Dans le secteur immobilier

Avec la gestion des investissements primordiale dans ce secteur, le suivi des dépenses liées aux actifs immobiliers est au centre des préoccupations financières des gestionnaires de biens. Par ailleurs, le poids croissant de la réglementation en matière de performance énergétique impose aujourd’hui le financement de travaux de performance énergétique qui doivent être estimés au plus juste afin d’assurer la rentabilité des biens.

Plus de détails : les enjeux de la gestion de trésorerie dans la promotion immobilière

Dans l’industrie

Dans un secteur où les investissements et les restructurations sont monnaie courante, les questions d’autonomie financière et d’endettement se posent souvent en relation avec la rémunération d’éventuels actionnaires. De ce fait, les dirigeants industriels sont en quête permanente du bon équilibre entre leurs ambitions de croissance et les attentes des investisseurs.

Dans les associations

Si le président est le représentant légal de l’association, le trésorier est généralement responsable du contrôle et de la gestion financière de l’association. Il enregistre les opérations réalisées (achats, ventes, mouvements de fonds) et se charge d’élaborer le bilan et le compte de résultat en fin d’année.

En interne, ces documents comptables permettent de connaître la santé financière de l'association et de décider de l’orientation à apporter à ses activités. Ils sont soumis à l’approbation de l’assemblée générale en fin d’exercice.

En externe, les comptes financiers permettent aux partenaires, adhérents, collectivités locales, ou éventuels sponsors, d’être informés de la gestion des ressources au sein de l’association, quelle que soit la nature de leurs participations (cotisations, subventions publiques, mécénat privé, etc.). Ils sont par ailleurs indispensables pour faire une demande de subvention ou obtenir un prêt bancaire.

Les outils de la gestion financière

La gestion financière repose sur le suivi des flux financiers ainsi que le calcul d’indicateurs comme le BFR (Besoin en Fonds de Roulement). Pour obtenir ces éléments financiers, les décideurs peuvent recourir aux conseils de prestataires externes ou utiliser un logiciel de gestion. Ces données sont généralement regroupées dans un tableau de bord.

Le recours à des prestataires externes (agences, cabinets-conseils…)

Pour être sûrs de faire les bons choix, les dirigeants peuvent confier la gestion financière de leur entreprise à un cabinet-conseil ou un expert-comptable. Ces activités sont réglementées et garantissent une gestion de la structure conforme aux normes en vigueur. Grâce à leur expertise et leurs connaissances de réformes, ces professionnels peuvent apporter aux gestionnaires des conseils avisés en matière de fiscalité et gestion des finances.

Les logiciels et outils en ligne

Pour la gestion de trésorerie et le suivi des indicateurs clés de performance (KPI) en lien avec leurs activités, les décideurs peuvent par ailleurs s’appuyer sur des logiciels et outils de gestion en ligne.

Selon les fonctionnalités offertes par ces solutions, il est permis :

  • d'éditer des tableaux bords et budgets prévisionnels ;
  • de contrôler leur bonne application dans le temps ;
  • et d’améliorer la gestion financière de l’entreprise en cas d’écarts avec les prévisions.

Certains outils de gestion comme Agicap permettent également d’élaborer des simulations selon différents scénarios pour faire les bons choix en toute connaissance de cause.

Vous l’aurez compris, la gestion financière d’une entreprise est un vaste sujet qui nécessite un suivi de la comptabilité au quotidien, et s’analyse dans la durée pour assurer le développement et la pérennité de la structure. Si chaque secteur a ses problématiques propres, les principes de la gestion financière restent les mêmes d’une activité à l’autre. Pour obtenir les éléments financiers nécessaires au contrôle de votre gestion, vous pouvez utiliser un logiciel de gestion de trésorerie comme Agicap.

Testez-le gratuitement !

FR - CTA blog


S'inscrire à notre newsletter

Vous aimerez aussi